Loana ne supporte plus son corps et a besoin de perdre 30 kilos

Loana ne supporte plus son corps et a besoin de perdre 30 kilos
Loana ne supporte plus son corps et a besoin de perdre 30 kilos
Minée par ses déboires sentimentaux, Loana a semble-t-il décidé de reprendre le contrôle de sa vie. Dans un entretien exclusif accordé à « Ici Paris », l'ancienne lofteuse raconte son combat pour sortir de la dépression et affirme être enfin prête à perdre du poids.
A lire aussi


Après avoir passé une année difficile, Loana est-elle enfin prête à tourner la page ? Alors qu'elle a finalement décidé de retourner auprès de son ex, Frédéric, soupçonné d'abus de faiblesse, la gagnante de « Loft Story » semble plus que jamais déterminée à reprendre le contrôle de sa vie. Dans une interview accordée à Ici Paris, Loana revient sur son rapport difficile avec la nourriture et son corps. Souffrant de dépression depuis plusieurs années, la Cannoise explique que c'est son lourd traitement qui est à l'origine de sa prise de poids. Une transformation physique qu'aujourd'hui elle avoue ne pas du tout assumer. « Je ne me supporte plus du tout physiquement. Je mange peu et je gonfle à vue d'œil, c'est horrible. Ce sont les antidépresseurs qui font grossir mon corps et, sans eux, je suis mal dans ma tête. C'est un cercle vicieux. »

Une mauvaise passe dont compte bien sortir l'ex-lofteuse. Bien décidée à retrouver sa silhouette d'autrefois, Loana affirme s'être fixé comme objectif pour 2015 de perdre les 30 kilos qu'elle a pris ces dernières années, en entamant notamment un programme intensif de sport. « Je n'en fais que depuis un an, c'est tout récent », explique-t-elle à Ici Paris, avant d'avouer avoir longuement envisagé de se faire poser un bypass gastrique.

Aujourd'hui plus sereine, Loana n'espère qu'une chose : retrouver le contrôle de son corps… et revenir sur le devant de la scène médiatique. Elle qui a récemment donné son avis sur l'affaire Nabilla confie en effet que les paillettes lui manquent. « Fut un temps où je me sentais étouffée par la médiatisation. Mais je ne me rendais pas compte de la chance que j'avais… »