Avortement : Anne Hidalgo appelle le gouvernement espagnol à retirer le projet de loi

Avortement : Anne Hidalgo appelle le gouvernement espagnol à retirer le projet de loi
Avortement : Anne Hidalgo appelle le gouvernement espagnol à retirer le projet de loi
Anne Hidalgo, candidate à la mairie de Paris, a demandé au gouvernement espagnol de retirer son projet de loi sur l’avortement, dans une tribune publiée dans le quotidien El Pais et sur le site du journal Le Monde samedi 25 janvier. Roselyne Bachelot, Rama Yade, Clémentine Autain font partie des autres signataires.
A lire aussi
Les femmes interdites d'avorter après six semaines : le projet de loi qui fait frémir l'Ohio
News essentielles
Les femmes interdites d'avorter après six semaines : le...


« Solidaires des femmes espagnoles, nous, femmes politiques françaises, appelons le gouvernement espagnol à retirer son projet de loi sur l'avortement. Nous demandons à toutes les femmes, quelle que soit leur appartenance politique, de se mobiliser pour ce combat fondamental pour notre société. » Le début de la tribune publiée simultanément sur le site du journal Le Monde et le quotidien espagnol El Pais demande à Mariano Rajoy et son gouvernement de retirer le projet de loi voté il y a quelques semaines.

Anne Hidalgo soutient les femmes espagnoles

Pour rappel, les femmes espagnoles n’auront le droit d’avorter que si elles subissent un viol ou si cela représente un danger pour la santé physique et/ou psychique pour la femme de garder l’enfant. « Ce projet […] marquerait un retour en arrière dangereux dans un pays où les droits des femmes ont été au cœur des débats politiques ces dernières années. Une véritable régression. » La tribune a été co-signé par de nombreuses femmes politiques françaises comme Anne Hidalgo, la candidate PS à la mairie de Paris Rama Yade, Clémentine Autain, Roselyne Bachelot, Dominique Voynet, Jeannette Bougrab…

« Le droit des femmes à disposer de leur corps n'est pas un supplément d'âme dans une société qui se targue de construire l'égalité. […] Sans liberté de disposer de son corps, il n'est pas possible d'imaginer l'égalité dans le couple ou la famille, l'égalité dans l'entreprise ou dans la sphère publique. […] Refuser ce droit fondamental aux femmes espagnoles aura des conséquences graves en termes de santé publique. »

Dans l'actu