Ouganda : la peine de mort pourrait être rétablie pour les homosexuels

Ouganda : la peine de mort pourrait être rétablie pour les homosexuels
Ouganda : la peine de mort pourrait être rétablie pour les homosexuels
Un projet visant à durcir la loi anti-homosexuelle a été introduit au Parlement ougandais. Déjà passible de lourdes peines de prison, l'homosexualité pourrait être punie par la peine de mort.
A lire aussi


L'Ouganda est en passe de durcir sa loi contre l'homosexualité. Un projet de loi visant à rétablir la peine de mort obligatoire contre les homosexuels « récidivistes » est en effet en examen au Parlement. Cette réforme est envisagée par les députés depuis 2009, mais ces derniers avaient dû ajourner le débat suite aux pressions internationales. L’homosexualité est déjà punie par de lourdes peines de prison en Ouganda.

Alors que le président du Parlement ougandais avait indiqué que le projet ne devait pas être réexaminé par la Commission des affaires légales et parlementaires, Amnesty International craint que la loi ne soit désormais adoptée « de façon imminente ». L’organisation de défense des droits de l’Homme s’inquiète de cette menace, estimant qu’il est « alarmant et décevant que le Parlement ougandais, une nouvelle fois, envisage la loi contre l’homosexualité ». Michelle Kagari, du programme africain de l’organisation, déclare ainsi dans un communiqué que « si elle est adoptée, elle représentera une grave atteinte aux droits de l’Homme de tous les Ougandais, quelles que soient leur orientation ou identité sexuelle ».

Par ailleurs, outre cette possible adoption de la peine de mort contre les homosexuels, Amnesty International dénonce également un projet de loi qui a pour objectif de pénaliser la « promotion » de l’homosexualité et qui prévoit la prison à perpétuité en cas de mariage entre personnes de même sexe. Autre volet de ce projet montré du doigt par l’organisation de défense des droits de l’Homme : une personne ne dénonçant pas dans les 24 heures un acte homosexuel puni par la loi encourt des sanctions. Les députés ne doivent « pas légaliser la haine », souligne l’organisation, qui demande « fermement » au parlement ougandais de « rejeter dans sa totalité » ce projet de loi.

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Mariage gay en Californie : son interdiction est jugée inconstitutionnelle
24 heures en Ouganda ave E. Menendez Rivera
Homosexualité au travail : un sujet tabou pour les RH

Homosexualité : 650 000 foyers recensés aux États-Unis