Birmanie : bientôt une loi pour mettre fin à la censure des médias

Birmanie : bientôt une loi pour mettre fin à la censure des médias
Birmanie : bientôt une loi pour mettre fin à la censure des médias
Dans cette photo : Luc Besson
Le gouvernement civil qui a remplacé la junte militaire en Birmanie, au mois de mars 2011, a annoncé qu'une loi mettant fin à la censure imposée aux médias verrait le jour courant 2012. Après la libération de prisonniers politiques et de journalistes, la politique d'ouverture se poursuit.
A lire aussi
28 marques s'engagent à mettre fin aux stéréotypes sexistes dans leurs pubs
News essentielles
28 marques s'engagent à mettre fin aux stéréotypes...


La Birmanie connaît depuis mars 2011, date du transfert du pouvoir de la junte militaire vers un gouvernement civil, des chamboulements politiques qui vont dans le sens d'une démocratisation du pays. La presse va bientôt bénéficier de cette politique d'ouverture grâce à une loi mettant fin à la censure dont sont victimes les journalistes. Elle devrait entrer en vigueur courant 2012, selon Tint Swe, le directeur général adjoint du Département de l'enregistrement et de la surveillance de la presse (PSRD). L'avis de plusieurs journaux a été sollicité pour déterminer le projet de loi, qui doit compter 11 articles, selon l'hebdomadaire anglophone Myanmar Times. Le texte couvrirait, d'après le magazine, les droits et devoirs des journalistes, le code de déontologie mais aussi l'enregistrement des imprimeurs et des distributeurs.

Le PSRD est d'ailleurs appelé à disparaître. Au parlement, « tout le monde est d'accord sur le fait qu'il faut fermer » ce comité de censure, comme l'a expliqué à l'AFP Ye Htut, directeur général du PSRD. Preuve que les changements sont en marche, le nom de la célèbre opposante Aung San Suu Kyi est à nouveau publiable dans les journaux. Les journalistes n'attendent qu'une chose : que le gouvernement leur accorde des licences pour concurrencer le New Light of Myanmar, un journal très dogmatique. Mr Htut a déclaré que la presse étatique troquerait son rôle propagandiste contre l'ambition démocratique d'informer les gens sur les sujets qui les concernent.

La Birmanie est, pour l'heure, classée 169e par Reporters sans frontières sur les 179 pires pays de la planète en matière de liberté de la presse.

Elodie Vergelati

(Avec AFP)
Crédit photo : Hemera/Birmanie

VOIR AUSSI

Maroc : le Nouvel Observateur censuré
Hongrie : la liberté de la presse assassinée
Birmanie : Aung San Suu Kyi candidate aux législatives
« The Lady » : Luc Besson raconte Aung San Suu Kyi