Russie : Vladimir Poutine rempile pour 6 ans au Kremlin

Russie : Vladimir Poutine rempile pour 6 ans au Kremlin
Russie : Vladimir Poutine rempile pour 6 ans au Kremlin
Vladimir Poutine a été élu Président de la Russie dès le premier tour de scrutin dimanche, avec 64,64% de voix après dépouillement de plus de la moitié des bureaux de vote. L'ex-Premier ministre est élu pour 6 ans et pourra se représenter en 2018. Laminée, l'opposition dénonce un scrutin frauduleux et illégitime.
A lire aussi


Vladimir Poutine n’aura pas à attendre un deuxième tour pour fêter sa victoire à l’élection présidentielle qui s’est déroulée dimanche en Russie. L’homme fort du parti « Russie unie » a remporté 64,64% des voix après dépouillement de 55% des bureaux. Face à plus de 100.000 partisans réunis Place du Manège, face au Kremlin dimanche soir, il s’est ainsi félicité de ces résultats préliminaires : « Nous avons gagné dans une lutte ouverte et honnête », et a remercié les Russes d’avoir dit « oui à la grande Russie », des électeurs qui « savent faire la différence entre le désir de renouveau et les provocations politiques dont le but est de détruire notre Etat et d'usurper le pouvoir », a-t-il ajouté, en référence aux mouvements de contestation qui ont suivi les dernières élections législatives.

Les larmes de Poutine
M. Poutine s’apprête donc à effectuer son troisième mandat à la présidence de la Russie. Il a en effet occupé le Kremlin de 2000 à 2008, puis avait propulsé Dmitri Medvedev à la présidence, faute de pouvoir briguer un troisième mandat consécutif selon la constitution russe. Il était alors devenu Premier ministre et est resté le véritable homme fort du pays. Désormais Vladimir Poutine devrait être encore moins interrompu dans l’exercice des ses pleins pouvoirs : il a été élu dimanche pour un mandat au Kremlin porté à six ans par une réforme constitutionnelle et pourra se représenter en 2018 pour rester au pouvoir jusqu'en 2024.
En plein air dimanche soir, le nouveau Président avait la larme à l'oeil au moment de prononcer son discours. Il aurait confié un peu plus tard, dans son QG de campagne, que ces larmes «  étaient vraies, mais vraies à cause du vent ».

« Une élection malhonnête et indigne »

En face, les candidats déçus de l’opposition dénonçaient un scrutin faussé et illégitime. Le communiste Guennadi Ziouganov qui obtient 17,05% des suffrages, a dénoncé une « élection de voleurs, absolument malhonnête et indigne » et refuse de reconnaître le résultat. Le milliardaire Mikhaïl Prokhorov, avec 6,89%, aurait été félicité par M. Poutine en personne, selon une information de l'agence Interfax. Le vainqueur du scrutin lui aurait souhaité par téléphone « du succès » pour son projet de créer un parti libéral en Russie. Les deux autres candidats, Vladimir Jirinovski et Sergueï Mironov, qui sont crédités respectivement de 6,63% et 3,71% des voix, ont quant à eux reconnu la victoire de Vladimir Poutine.

Transports d’électeurs
Une manifestation de contestation devrait se tenir lundi soir à Moscou, notamment sous l’initiative du libéral Vladimir Ryjkov, qui estime pour sa part que « pas un paramètre ne permet de considérer cette élection comme légitime ». Il attendait les premiers retours sur les fraudes relevées dans les bureaux de vote, prévoyant d’en comptabiliser entre 20.000 et 30.000 lundi matin. Les représentants de certains candidats, des opposants, les organisations d'observation électorale et la Ligue des électeurs ainsi que des médias indépendants ont affirmé dès dimanche après-midi avoir recensé des situations de fraudes. Le site mis en place à cet effet : control2012.ru avait comptabilisé dans la soirée de dimanche plus de 5.573 cas. Parmi les plus efficaces mais aussi les plus visibles, des cas de « transport massif d'électeurs » : ceux-ci disposent d’autorisations frauduleuses et sont convoyés en bus pour aller voter plusieurs fois dans des bureaux de vote différents. En effet la loi électorale permet à une personne de voter dans un autre bureau que le sien. Un journaliste de l'AFP rapporte  avoir vu sur une place centrale de Moscou une centaine de bus transportant des jeunes venus d'autres régions spécialement pour voter pour Vladimir Poutine.

Les webcams de Poutine
Suite à  la très forte contestation après les élections législatives de décembre dernier, le pouvoir avait pourtant assuré que le scrutin serait libre et démocratique. Ainsi 180.000 webcams ont été installées dans les bureaux de vote du pays, permettant à tous les internautes de contrôler le déroulement de l’élection. Néanmoins, des problèmes techniques ont interrompu fréquemment la transmission dimanche, et l'emplacement des caméras ne permettait pas de contrôler toutes les urnes. La mission d'observation électorale de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) doit donner ses conclusions lundi sur la régularité du scrutin.

La participation aux élections s'établit à 64% sur les 109 millions d'électeurs appelés aux urnes dimanche. D’après les autorités, le scrutin s’est déroulé sans incidents majeurs, hormis la mort de trois policiers dans une attaque contre un bureau de vote au Daguestan (Caucase russe).

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Election en Russie : Poutine Président ?
Russie : une tentative d'attentat déjouée contre Vladimir Poutine
Élections législatives en Russie : victoire du parti de Poutine
Russie : le meurtrier présumé d'Anna Politkovskaïa arrêté
Les femmes se déshabillent pour Vladimir Poutine