JO de Londres : l'Arabie saoudite autorise les femmes expatriées à participer

JO de Londres : l'Arabie saoudite autorise les femmes expatriées à participer
JO de Londres : l'Arabie saoudite autorise les femmes expatriées à participer
Une Saoudienne se rendra sans doute aux Jeux Olympiques de Londres cet été. Le Comité olympique saoudien a annoncé que l'Arabie saoudite ne présenterait pas de délégation féminine officielle, mais qu'il permettrait à celles qui le désirent de concourir tout en respectant les principes de la « charia ».
A lire aussi


Le retournement de situation vaut la peine d’être remarqué. Pour la première fois dans l'Histoire, des femmes saoudiennes pourraient participer aux Jeux Olympiques. Sous la pression internationale, le chef du Comité olympique saoudien, le prince Nawaf Ben Fayçal est revenu sur son refus catégorique de faire participer des femmes aux Jeux Olympiques.
Si aucune délégation officielle féminine ne prendra l’avion pour Londres, « nous ne cautionnerons aucune participation féminine saoudienne aux jeux Olympiques ou à d'autres compétitions internationales », a rappelé N. Ben Fayçal. Néanmoins le royaume n’exclut pas la « participation d'étudiantes et de résidentes à l'étranger ». Ainsi les Saoudiennes désirant participer aux JO à titre individuel, et qui s’entraînent à l’étranger dans un cadre privé seront aidées, « notre rôle sera de les aider pour que leur contribution soit conforme à la charia islamique », a précisé le chef du Comité olympique saoudien, rappelant au passage que même si les cours d'éducation physique étaient interdits dans les écoles de filles, « des centaines, voire des milliers (de femmes) pratiquent le sport à titre privé » dans le royaume.

En novembre dernier, la décision du comité olympique arabe avait déclenché les protestations d’associations de défense des femmes comme la Ligue du Droit International des Femmes et le Lobby Européen des Femmes, qui exigeaient l’exclusion de l'Arabie saoudite des Jeux pour cette discrimination « incompatible avec l’appartenance au mouvement olympique », selon les termes mêmes de la charte olympique. Sur la base de ce texte, l’Afrique du Sud avait été exclue de la compétition pendant 30 ans pour cause d’apartheid racial.


Une jeune cavalière de 18 ans, Dilma Milhess, qui s’entraîne à l’étranger depuis quelques années, pourrait ainsi devenir la première femme à représenter l'Arabie saoudite aux Jeux de Londres. Mais se posera ensuite la question de l’observance de la loi islamique, incompatible par bien des aspects avec les règles des Jeux Olympiques, à commencer par les questions vestimentaires. Pas sûr que le niqab soit autorisé en équitation, étant donné qu’« aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée » sur les sites olympiques.

Crédit photo : Hemera

VOIR AUSSI

Arabie saoudite : élections municipales toujours sans les femmes
JO de Londres 2012 : l’Arabie Saoudite n’enverra pas de femmes
Arabie Saoudite : les hommes incités à frapper les femmes qui conduisent

Peine de mort en 2011 : le Moyen-Orient fait exploser les statistiques