Ukraine : Ioulia Timochenko quitte la prison pour l’hôpital

L'ex-premier ministre ukrainienne Ioulia Timochenko a été transférée ce matin à l'hôpital depuis sa prison de Kharkiv, afin d'être soignée pour plusieurs hernies discales. L'Ukraine s’est vue obligée d’annuler mardi un sommet prévu cette semaine à Yalta (sud), à cause d'un boycott mené par des présidents européens indignés par le sort de l'opposante.
A lire aussi
Ukraine : Ioulia Timochenko va être inculpée pour meurtre
justice
Ukraine : Ioulia Timochenko va être inculpée pour meurtre


Ioulia Timochenko, ex-premier ministre ukrainienne, a été transférée ce matin à l’hôpital depuis sa prison de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, afin d’être soignée pour plusieurs hernies discales, comme l'ont confirmé les services pénitentiaires. Elle était en grève de la faim depuis le 20 avril pour protester contre des violences présumées en prison. Néanmoins, sa fille Evguenia avait annoncé mardi que l’opposante ukrainienne allait arrêter cette grève le lendemain.

Ioulia Timochenko va être soignée par le médecin allemand Lutz Harms, venu en Ukraine, car les autorités du pays ont rejeté les propositions de Berlin sur le possible transfert de l’opposante dans une clinique allemande. La procédure prendra « une dizaine de jours, voire jusqu'à deux semaines », car il  est « impossible de commencer son traitement immédiatement en raison de la grève de la faim », a poursuivi Evguenia. Ioulia Timochenko a accepté d’être transférée à l’hôpital « seulement parce que c'est le médecin allemand Harms qui va la soigner et se trouvera à ses côtés en permanence », a expliqué la fille de l’opposante, qui assure que sa mère se méfie de médecins ukrainiens, craignant notamment d'être infectée par un virus. En effet, son ex-ministre de l'Intérieur, incarcéré lui aussi depuis décembre 2010, aurait contracté une hépatite en prison, avait déclaré récemment son avocat.

L’Ukraine est actuellement au centre des polémiques. Ainsi, elle s’est vue obligée d’annuler mardi un sommet prévu cette semaine à Yalta (sud) à cause d’un boycott mené par des présidents européens, indignés par le sort de Ioulia Timochenko. L’opposante ukrainienne avait été condamnée en octobre à sept ans de prison pour abus de pouvoir commis en 2009, époque où elle était Première ministre.

Alexandra Gil

Avec AFP
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Ioulia Timochenko « maltraitée » en prison, selon sa fille
Ukraine : la Commission européenne boycottera l’Euro 2012 de, football
Ioulia Timochenko, un nouveau procès commence