Présidentielle en Egypte : Mohammed Morsi contre Ahmed Chafik au second tour

Le second tour de la présidentielle égyptienne opposera les 16 et 17 juin Mohamed Morsi, le candidat des Frères musulmans, à l'ex-général Ahmed Chafik, ancien Premier ministre du président déchu Hosni Moubarak, selon l'agence de presse officielle Mena.
A lire aussi


Le second tour de l’élection présidentielle en Egypte, qui se déroulera les 16 et 17 juin, opposera Mohamed Morsi, le candidat des Frères musulmans, à l'ex-général Ahmed Chafik, connu pour avoir été l'ancien Premier ministre de Hosni Moubarak. L’agence de presse officielle Mena l’a ainsi annoncé aujourd’hui, citant une source anonyme, et ajoutant que tous les recours concernant le premier tour de cette élection, qui a eu lieu les 23 et 24 mai, ont été refusés par la commission électorale. Cette dernière annoncera dans la journée les résultats officiels qui ont positionné l’ex-Premier ministre du président déchu face au candidat des Frères musulmans.

La course vers la présidence de l’Egypte

Mohammed Morsi est à la tête du parti des Frères musulmans depuis le rejet par la commission électorale de celui qui était le premier choix, Khairat al-Chater. Il n’était d’ailleurs pas favori dans les sondages menés au sein de la population égyptienne avant le premier tour, mais le candidat a réussi à profiter d’une grande victoire aux élections législatives de janvier, obtenant 47% des sièges.
De son côté, l’ancien Premier ministre d’Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq, a fait partie du régime du président déchu, c’est pourquoi il a été absent pendant la course à la commission électorale. Ses responsabilités politiques sous l’ère Moubarak l’ont éloigné de cette lutte pour le pouvoir, mais il a finalement fait partie de l’élection, évoquant la sécurité et la stabilité comme deux points forts de sa campagne, un recours très bien accepté par la population égyptienne après plus d’un an de vide politique et d’instabilité économique.

Les deux candidats continueront jusqu’au mois de juin leur lutte pour occuper le pouvoir, que Hosni Moubarak a quitté le 11 février 2011, suite à la révolution égyptienne.

Alexandra Gil


Avec AFP
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Égypte : un débat politique sans précédent avant la présidentielle
Egypte : Elections sous haute tension
Libye, Egypte, Tunisie : L'islamisme menace-t-il le Printemps arabe ?