Bientôt des quotas de femmes pour les conseils d'administration de l'UE ?

Bientôt des quotas de femmes pour les conseils d'administration de l'UE ?
Bientôt des quotas de femmes pour les conseils d'administration de l'UE ?
Sur le modèle de la France, l'Union européenne souhaite proposer une directive imposant que les conseils d'administration des grandes entreprises soient composés d'au moins 40% de femmes.
A lire aussi


Depuis 2011, des quotas de femmes sont imposés dans les conseils d’administration en France. Une mesure qui inspire Bruxelles, qui souhaiterait voir de tels quotas s’appliquer aux grandes entreprises de toute l’Union européenne. C’est ce que révèle le Financial Times, qui indique ce mardi s’être procuré un projet de directive en ce sens devant être dévoilé officiellement le mois prochain par Viviane Reding, commissaire à la Justice.

Ce document prévoit l’imposition aux plus grandes entreprises du recrutement d’au moins 40% de femmes dans leurs conseils d'entreprises. Les sociétés de plus de 250 salariés ou celles qui génèrent plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires devront produire un rapport annuel sur leurs équipes dirigeantes. Alors qu’aujourd’hui les femmes ne représentent que 13,7% des effectifs des administrateurs au sein des 27 pays membres de l’UE, l’objectif affiché est clair : briser le « plafond de verre » qui empêche les femmes d'accéder aux plus hautes instances administratives des entreprises. Des amendes ou des suppressions de subvention sont également prévues par le projet de directive en cas de non-conformité.

La commission européenne tente depuis de nombreuses années de mettre en place des mesures pour la parité au sein des entreprises. Mais certains membres de l’Union, comme la Grande-Bretagne ou la Suède, se montrent opposés à ces règlementations. Ainsi, Pedro Oliveria, conseiller juridique chez Business Europe, la plus importante association d'employeurs européenne, estime dans les colonnes du Financial Times qu’« imposer des quotas comme ceux-ci en pleine crise de la zone euro est inapproprié » et que « cela interfère de façon disproportionnée avec la liberté des entreprises et des actionnaires d’organiser leur propres affaires ». A contrario, d’autres pays comme la France se sont d’ores et déjà dotés de règlementations ayant pour objectif de faire accéder les femmes aux conseils d’administration, comme l’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas.

Source : latribune.fr
Crédit photo : Polka Dot

VOIR AUSSI

Parité : le quota de femmes hautes fonctionnaires entre en vigueur !
Emploi : le cerveau des Européennes n'est pas mis à profit
Quotas de femmes chez les hauts fonctionnaires : « L'Etat doit être exemplaire »