Chirurgie esthétique : se faire grossir les fesses, nouvelle mode américaine

Chirurgie esthétique : se faire grossir les fesses, nouvelle mode américaine
Chirurgie esthétique : se faire grossir les fesses, nouvelle mode américaine
Dans cette photo : Christina Aguilera
Le derrière bien enrobé fait son retour chez les Américaines. À l'image de stars telles que J-Lo et Christina Aguilera, on ne cache plus son postérieur rebondi auparavant honni. Et cette tendance des fessiers opulents cartonne aussi en chirurgie esthétique.
A lire aussi
"Si on doit faire un film pour parler de la GPA, c'est notre histoire qu'il faut raconter"
News essentielles
"Si on doit faire un film pour parler de la GPA, c'est...


La poitrine sera-t-elle bientôt supplantée par les fesses ? C’est le constat des professionnels de la chirurgie esthétique aux États-Unis, qui ont observé une croissance fulgurante des demandes de « butt enhancement » ou « rehaussement des fesses », permettant d’obtenir un fessier rebondi et ferme. L’opération, dont le coût varie de 5 000 à 10 000 dollars, se déroule sous anesthésie générale, et dure entre deux et quatre heures, explique Next Libération.

Constantino Mendieta, qui se pose en expert mondial du « butt enhancement », explique sur son site Internet que la méthode venue du Brésil de transfert de graisse issue de la patiente est bien plus efficace que l’implant ; ce moyen permet d’obtenir un résultat plus naturel. Cette tendance a notamment entraîné un marché noir du rehaussement fessier pour celles qui n’ont pas les moyens de s’offrir un chirurgien. Sans aucune expérience médicale ou diplôme, Oneal Morris, 32 ans, a par exemple été arrêtée l’été dernier en Floride après la mort d’une de ses « patientes ». La jeune femme avait injecté du silicone destiné au gonflage de pneus dans les fesses.

Hormis ces dérives, le butt enhancement continue de faire rêver les Américaines, influencées par le Brésil où le fessier rebondi est de rigueur, et par les stars internationales qui assument audacieusement leurs rondeurs. Récemment, Christina Aguilera est apparue aux derniers American Music Awards épanouie dans une robe moulante grande taille. George Lefkovits, chirurgien à New York, est surpris par le phénomène : « Le plus frappant, c’est peut-être le fait que, jusqu’à présent, tout ce qui concernait la chirurgie des fesses était lié aux cultures latino ou afro-américaine. Mais désormais ce n’est plus le cas. On est passé de la mode du "tout mince" à une nouvelle mode ou les courbes plus sensuelles ont repris tous leurs droits ».

Salima Bahia

VOIR AUSSI

L'avenir du string compromis face aux shorties et aux tangas
Lingerie : pour le plaisir de se déshabiller
Ces chaussures qui musclent les fesses