Mariage forcé : une petite Yéménite menace de se suicider - vidéo

Mariage forcé : une petite Yéménite menace de se suicider - vidéo
Mariage forcé : une petite Yéménite menace de se suicider - vidéo
Publiée sur YouTube, la vidéo de Nada Al-Ahdal a déjà été visionnée plus de 4 millions de fois en l’espace de trois jours. La fillette, âgée de 11 ans, y dénonce l’intention de ses parents de la marier de force. Refusant ce destin, qui est celui de nombreux enfants au Yémen, elle prévient : « Mariez-moi de force et je me tuerai ! »
A lire aussi


« Allez-y, mariez-moi de force et je me tuerai ! »  Ces mots sont ceux de Nada Al-Ahdal, une petite Yéménite âgée de 11 ans qui refuse le mariage forcé prévu pour elle par ses parents. Dans une vidéo réalisée le 8 juillet dernier, la fillette confie avoir fui le domicile familial et s'être réfugiée chez son oncle pour avoir une chance de mener sa vie comme elle l'entend. Traduite en anglais par l'Institut de recherche des médias du Moyen-Orient (Memri) et republiée le 21 juillet dernier sur la plate-forme de partage YouTube, elle a déjà été visionnée plus de quatre millions de fois.

« Si vous me mariez,  je n'aurai pas de vie, pas d'éducation »

« Que faites-vous de l'innocence des enfants ? Qu'ont-ils fait de mal ? Pourquoi les marier ainsi de force ? », interroge Nada Al-Ahdal, surprenante de maturité. Et d'ajouter, en s'adressant directement à ses parents : « Si vous me mariez,  je n'aurai pas de vie, pas d'éducation. » Par le biais de cette vidéo, la jeune fille dénonce non seulement le dessein de ses parents, mais attire aussi l'attention sur les mariages arrangés dont sont malheureusement victimes de nombreux enfants de son âge. « J'ai pu trouver une solution à mon problème, mais certains enfants innocents ne peuvent pas résoudre les leurs », explique-t-elle. « Ils pourraient mourir, se suicider ou faire tout ce qui leur passe par la tête. »


Voir la vidéo de Nada Al-Ahdal



Interrogé par le site libanais d'informations Now, l'oncle de Nada, Abdel Salam Al-Ahdal, qui a recueilli la fillette et l'élève depuis ses trois ans, a expliqué les raisons l'ayant poussé à l'aider alors que ses parents tentaient de la marier une première fois à un Yéménite résidant en Arabie saoudite. « Je ne pouvais pas les laisser la marier de force et détruire son futur, d'autant que sa tante a été mariée à 13 ans et s'est immolée par le feu. J'ai appelé le mari pour lui dire que Nada n'était pas pour lui. »  Malgré ce premier échec, les parents de Nada ont prétexté vouloir passer le ramadan avec elle, dans l'unique but de parvenir à leurs fins. Là encore, la jeune fille a fugué et trouvé refuge chez son oncle.

Une pratique encore trop courante dans de nombreux pays

Comme le rappelle la fillette dans sa vidéo, les mariages d'enfants sont monnaie courante au Yémen. En effet depuis 1999, le pays n'a plus de législation limitant l'âge du mariage, qui était auparavant fixé à 15 ans. Une tentative de réinstaurer un âge limite de 17 ans a bien été effectuée en 2009, mais, selon un rapport de Human Right Watch, le projet de loi avait alors été bloqué par des religieux au nom de la charia, la loi coranique.

Illégaux dans de nombreux pays, où l'âge minimal des futurs époux est fixé à 18 ans, les mariages forcés restent pourtant très répandus, notamment en Afrique et en Inde. Au Yémen, « plus de 47% des petites filles sont mariées avant d'avoir atteint l'âge légal, d'après un rapport du Centre de Recherche International sur la Condition des Femmes », rapporte le site Euronews.com.  Un taux qui, au Niger, grimpe à 75 %.


VOIR AUSSI

Mariages forcés : quinze propositions pour mieux protéger les femmes
La 1ère Journée internationale de la fille condamne les mariages forcés
Mariages forcés : vers un durcissement de la loi