Manifestations à Londres contre le plan d’austérité de 2011

Manifestations à Londres contre le plan d’austérité de 2011
Manifestations à Londres contre le plan d’austérité de 2011
Dans cette photo : David Cameron
De nombreuses protestations ont eu lieu dans les rues de Londres contre le gouvernement de David Cameron, suite à la présentation du budget 2011 qui a pour but d’éliminer le déficit budgétaire en cinq ans.
A lire aussi
Espagne : manifestation à Madrid contre l'austérité
crise
Espagne : manifestation à Madrid contre l'austérité

250 000 à 400 000 personnes sont descendues samedi dans les rues de Londres pour protester contre le plan d’austérité du gouvernement de David Cameron. Organisée par le Trades Union Congress qui regroupe 58 syndicats et 6,5 millions de salariés et Ed Miliband, le leader travailliste, c’est la plus importante manifestation depuis les protestations contre l’intervention britannique en Irak, en 2003.

Toutes les classes sociales étaient présentes lors de ces protestations : des fonctionnaires, des étudiants, des mères de famille mais également des retraités qui se sentent tous concernés par le plan de rigueur draconien que souhaite mettre en place le gouvernement britannique.

Cette manifestation a également été marquée par des violences de la part de groupes anarchistes qui ont vandalisé les magasins et agences bancaires. Des scènes d’émeutes ont été diffusées sur les télévisions du monde entier, donnant l’impression d’un réel chaos à Londres.

Par ailleurs, selon « Institute for Fiscal Studies », les coupes budgétaires et les relèvements d’impôts prévus pour diminuer le déficit budgétaire coûteront en moyenne 1500£ par ménage en 2014-2015, soit 4% du revenu net. Les 10% les plus riches devraient aussi être touchés, avec un impact de 7% de leurs revenus. En revanche, les 10% les pauvres seront épargnés, puisque le plan d’austérité de touchera que 2% de leur revenus.

Mais selon James Browne, de l’IFS, « Ces calculs ne prennent pas en compte les coupes dans les services publics, dont l'impact financier est difficile à chiffrer selon les catégories sociales ». Ils estiment cependant que ces coupes du service public, notamment les piscines, libraires, etc. affecteront tout de même les plus pauvres. Le « Financial Times » a également calculé que  les employés du secteur public seront les grands perdants.

Sources : Rue89 et Les Echos

Dans l'actu