Hollande rencontre Obama : le programme de la visite d'État aux États-Unis

Hollande rencontre Obama : le programme de la visite d'État aux États-Unis
Hollande rencontre Obama : le programme de la visite d'État aux États-Unis
Dans cette photo : François Hollande
Ce lundi 10 février, François Hollande s'envole outre-Atlantique pour rencontrer Barack Obama. Cette visite d'État de trois jours témoignant de l'amitié entre la France et les États-Unis, est réglée au millimètre et s'annonce protocolaire. Au programme, tour dans l'Air Force One du président américain, discussion dans le bureau ovale et visite aux start-up de la Silicon Valley, en Californie.
A lire aussi


Voilà dix-huit ans qu'un président français n'avait pas été officiellement invité par son homologue américain. Ce lundi 10 février, François Hollande sera accueilli en grande pompe par Barack Obama pour une visite d'État de trois jours au pays de l'oncle Sam. Si pour l'occasion, les États-Unis ont mis les petits plats dans les grands, c'est que la dernière visite d'État entre la France et les États-Unis remonte à 1996, lorsque Jacques Chirac s'était rendu à Washington pour rencontrer Bill Clinton. Et que, depuis sa réélection en 2012, Barack Obama n'avait pour le moment invité officiellement aucun dirigeant étranger.

La visite, qui se veut fastueuse et solennelle pour illustrer les liens d'amitié entre les deux pays, sera aussi soumise à un programme aussi protocolaire que chargé. Le détail de ces trois jours de visite d'État de François Hollande auprès de Barack Obama.

Lundi 10 février

À peine François Hollande aura-t-il foulé le tarmac vers 14h30 (20h30 heure française), que commencera pour lui sa visite-marathon. Celle-ci débutera par un tour avec Barack Obama dans un Boeing de l'Air Force One. Ensemble, les deux chefs d'État se rendront au domaine Monticello, en Virginie, pour visiter la résidence de Thomas Jefferson. Président de 1801 à 1809, Thomas Jefferson fut l'un des premiers représentants diplomatiques des États-Unis à Paris avant d'entrer à la Maison Blanche. Attaché aux Droits de l'homme, il a rédigé une partie de la Déclaration d'indépendance américaine de 1776.

Cette visite symbolique sera l'occasion, selon un haut responsable de l'administration Obama, de parler de manière informelle « des relations [franco-américaines] dans un environnement évoquant leur histoire, et des possibilités qu'elles recèlent. »

François Hollande se rendra ensuite à un dîner avec Christine Lagarde, Directrice générale du FMI, et le docteur Jim Yong Kim, Président de la Banque mondiale.

Mardi 11 février

La visite protocolaire se poursuivra mardi. François Hollande sera accueilli à la Maison Blanche par 21 coups de canon, avant de s'entretenir avec Barack Obama dans le bureau ovale. Au programme de ces échanges bilatéraux, l'évocation des dossiers internationaux délicats (la Syrie, l'Ukraine, la Libye et l'Iran entre autre) et des questions économiques. Les deux chefs d'État donneront ensuite une conférence de presse commune à la Maison Blanche, avant de déjeuner en compagnie du vice-président Joe Biden et du Secrétaire d'État au Département d'État John Kerry. En revanche, contrairement à ses prédécesseurs, il n'est pas prévu que François Hollande prenne la parole devant le Congrès américain. Interrogée par Le Point, l'Élysée a invoqué une « incompatibilité d'agenda ».

Mardi après-midi, François Hollande se rendra sur la tombe du soldat inconnu du cimetière national d'Arlington, près de Washington pour lui remettre la Légion d'honneur. Il décorera ensuite six vétérans de la Seconde Guerre mondiale à Fort Myer.

En fin de journée, il est prévu que Barack Obama rencontre des chefs d'entreprise américains. Le soir, il se rendra à la Maison Blanche, où est organisé un dîner d'État avec Barack Obama.

Mercredi 12 février

Pour la dernière journée de sa visite d'État aux États-Unis, François Hollande s'envolera pour la côte Ouest. Il rencontrera le maire de San Francisco Edwin M. Lee et le Gouverneur de Californie Edmund G. Brown, avant de déjeuner avec les pontes de la Silicon Valley : Eric Schmidt (Google), Sheryl Sandberg (Facebook), Jack Dorsey (Twitter) et Mitchell Baker (Mozilla Foundation). Enfin, il fera la promotion du talent entrepreneurial français en inaugurant à San Francisco le « US French Tech Hub », un accélérateur de start-up qui met en avant les innovations tricolores.