Grammys : Barack Obama livre un discours choc contre les violences conjugales

Grammys : Barack Obama livre un discours choc contre les violences conjugales
Grammys : Barack Obama livre un discours choc contre les violences conjugales
Dans cette photo : Barack Obama
Dans un message diffusé lors des Grammy Awards 2015 ce dimanche (8 février), Barack Obama a fait la promotion de la campagne Its On Us, pour venir à bout des violences faites aux femmes. Le président américain a invité tous les artistes présents et leurs fans à joindre le mouvement.
A lire aussi
Pourquoi l'article 2 du projet de loi contre les violences sexuelles ne passe pas
News essentielles
Pourquoi l'article 2 du projet de loi contre les...


Dimanche soir (8 février) à Los Angeles, le gratin de la musique s'était donné rendez-vous pour la 57e édition des Grammy Awards. La cérémonie de remise des prix a, comme souvent, été l'occasion pour certains artistes de faire passer un message qui leur tient à coeur. Si Pharrell Williams, John Legend et Common ont rendu hommage au mouvement contre les violences faites aux Noirs, c'est un autre invité inattendu qui a délivré le message le plus vibrant de la soirée.

Une femme sur quatre victime de violence domestique

Barack Obama s'est en effet invité sur les écrans en apparaissant dans une courte vidéo. Le président des Etats-Unis a profité de l'événement pour adresser, à tous les téléspectateurs et aux artistes présents ce soir-là, un message en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes. « Bonsoir tout le monde. Ce soir, nous célébrons des artistes dont la musique et les messages aident à façonner notre culture, et ensemble, nous pouvons changer notre culture pour le meilleur, en en finissant avec les violences envers les filles et les femmes », a déclaré le chef d'Etat.

Barack Obama a alors rappelé les chiffres clés de ce fléau aux Etats-Unis : « Près d'une femme sur cinq aux États-Unis a été victime d'un viol ou d'une tentative de viol, et une femme sur quatre a connu une forme de violence domestique. Ce n'est pas acceptable et cela doit cesser », a-t-il poursuivi. Des chiffres qui visaient à interpeller le public présent dans le Staples Center, auquel le président s'est ensuite adressé directement.

>> A LIRE : Infographie : les violences faites aux femmes en 10 chiffres clés <<

« Les artistes ont un pouvoir unique de changer les mentalités et les comportements et nous conduisent à parler de ce qui compte vraiment. Nous tous, au cours de notre vie, nous avons le pouvoir de montrer l'exemple », a rappelé le locataire de la Maison Blanche avant d'inviter chacun à s'engager en faveur de la lutte contre ce fléau. « Rejoignez notre campagne pour en finir avec ces violences. Allez sur ItsOnUs.org et engagez-vous. Aux artistes des Grammy : ce soir, je vous demande de demander à vos fans d'y aller également. Cela dépend de nous, de nous tous, de créer une culture où la violence n'est pas tolérée ».


Changement de ton

En adressant ce message, Barack Obama semble avoir choisi de se débarrasser de l'éternel tryptique « Mère, Fille, Soeur », souvent utilisé lorsqu'il s'agit d'aborder la question des violences envers les femmes. Une volonté de la Maison Blanche de réajuster son discours en ne se référant plus à ces dernières comme des épouses ou dans une relation directe aux hommes, mais comme des êtres humains indépendants à part entière.

Pour appuyer le discours du président, l'activiste et ancienne victime de violence conjugale Brooke Axtell a, elle aussi, adressé un message clair au public des Grammy Awards. « Le véritable amour ne dévalue pas un être humain, le véritable amour ne réduit pas au silence, ne fait pas honte, n'abuse pas quelqu'un », a rappelé celle qui fut, par le passé, victime d'abus domestiques. Un discours qui résonne avec d'autant plus de force que l'académie des Grammys elle-même avait nommé Chris Brown cette année, alors que l'artiste avait écopé de plusieurs mois de travaux d’intérêts généraux après plusieurs affaires de violence conjugale.

Si le président américain peut compter sur le soutien de femmes artistes mondialement connues comme Beyoncé ou Katy Perry, le chemin semble plus encore long pour convaincre leurs homologues masculins. Plusieurs personnalités se sont ainsi illustrées par le passé pour leurs comportements ou propos violents à l'égard des femmes. À l'image d'Eminem ou du joueur de football américain Ray Rice, exclu à vie de la NFL pour avoir assommé sa petite amie d'un coup de poing, dans un ascenseur en février 2014.

Le discours de Brooke Axtell :