« Baiser spatial » : la Chine se lance à la conquête de l'espace

La Chine a rempli avec succès durant la nuit dernière son premier objectif spatial en réussissant l’amarrage de deux vaisseaux non-habités. Cette étape était cruciale pour la construction d’une station spatiale prévue aux alentours de 2020.
A lire aussi
Harcelée au travail : "Bah alors, tu t'es mal fait baiser hier ?"
News essentielles
Harcelée au travail : "Bah alors, tu t'es mal fait baiser...


La Chine a fait cette nuit un grand pas en avant pour devenir une puissance spatiale sur laquelle il faudra compter. En effet, la Chine, qui cherche à construire une station spatiale (prévue vers 2020), a réussi l’amarrage de deux vaisseaux non-habités. Selon le Centre aérospatial de contrôle en vol de Pékin, cité par l’agence officielle Xinhua (Chine nouvelle), hier, à 17H37 GMT, le vaisseau Shenzhou VIII s’est uni au module Tiangong-1, à une vitesse d’environ 28 000 km/h à 343 km au-dessus de la Terre.

Les dirigeants chinois, dont le Premier ministre, Wen Jiabao, ont assisté en pleine nuit, depuis le centre de contrôle de Pékin, à la retransmission de l’amarrage des deux vaisseaux. Cette opération est en outre décrite dans les médias comme un « baiser spatial ». Le président chinois Hu Jintao, actuellement en France pour participer au sommet du G20 à Cannes, a d’ailleurs envoyé un message de félicitations. « Cela va permettre à la Chine de conduire l’exploration de l’espace à une échelle accrue », a aussi déclaré le responsable du programme des vols habités, Zhou Jianping. Maîtriser ce genre de rendez-vous spatiaux est en effet une étape extrêmement importante dans la conquête de l’espace. Une étape franchie par les Américains et les Russes dans les années 1960.

Ce premier « baiser spatial » entre donc dans le cadre du programme chinois visant à équiper le pays d’une station orbitale dans laquelle un équipage peut vivre en autonomie pendant plusieurs mois, similaire à ce que pouvait être la station russe Mir. Si la mission Shenzhou VIII est un succès, la Chine lancera l'année prochaine deux autres vaisseaux pour aller rejoindre Tiangong-1, successivement Shenzhou IX et Shenzhou X, dont l'un sera habité.

A noter que deux femmes font partie des astronautes qui s'entraînent en vue de participer à cette mission. Dans le cas où elles seraient sélectionnées, elles seraient les premières Chinoises à être envoyées par leur pays dans l'espace.
Rappelons que la Chine a effectué son premier vol spatial habité en 2003, devenant ainsi le troisième pays à envoyer des hommes dans l’espace après l’Union soviétique et les Etats-Unis.

Alexandre Roux

(Source : AFP)
Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Le dossier sur la Chine
Chine : deuxième puissance économique mondiale
Spaceport America : Richard Branson inaugure son aéroport spatial

Dans l'actu