Christiane Taubira comparée à un singe par une candidate frontiste, le FN sanctionne

Christiane Taubira comparée à un singe par une candidate frontiste, le FN sanctionne
Christiane Taubira comparée à un singe par une candidate frontiste, le FN sanctionne
« Je préfère la voir dans un arbre, sur les branches que de la voir comme ça au gouvernement ». C'est en ces termes qu'Anne-Sophie Leclere, une candidate du Front national aux élections municipales à Rethel (Ardennes) a fait référence à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, dans un reportage d' « Envoyé spécial » diffusé hier sur France 2. Et si la militante frontiste a depuis été sanctionnée par son parti, ses déclarations n'en sont pas moins choquantes et nauséabondes.
A lire aussi


Elle se défend de tous racisme… et pourtant. Interrogée devant les caméras de France 2 dans le cadre d’un reportage d’« Envoyé spécial » sur les nouveaux visages du Front national, une candidate frontiste a eu des propos injurieux à l’égard de la ministre de la Justice, Christiane Taubira. Dans le cadre de l’émission diffusée le 17 octobre, Anne-Sophie Leclere, alors candidate FN aux municipales à Rethel, dans les Ardennes, est questionnée par une journaliste sur un photomontage publié sur son profil Facebook. Il montre deux clichés côte à côte, l’un d’un bébé singe avec la mention « À 18 mois », l’autre de la garde des Sceaux  précisant « Aujourd’hui ».

Un cliché que l’élue frontiste a revendiqué, qualifiant Christiane Taubira de « sauvage » qui « quand on lui parle de quelque chose de grave à la télé, fait un sourire du diable ». Et alors que la journaliste lui fait remarquer le caractère raciste de cette photo, Anne-Sophie Leclere rétorque maladroitement que « ça n’a rien à voir ». Et d’argumenter : « Un singe, c’est un animal, un noir ça reste un être humain. J’ai des amis qui sont noirs, ce n’est pas pour cela que je leur dit que ce sont des singes ». Revenant à ses attaques sur la ministre, elle finit par conclure : « C’est plus par rapport à une sauvage. Pas par rapport au racisme ou aux noirs ou aux gris ou n’importe quoi. Je préfère la voir dans un arbre, sur les branches que de la voir comme ça au gouvernement. »



« Là, c’est du racisme pur et dur »

Des déclarations nauséabondes qui ont bien sûr suscité une vague d’indignation au sein de la gauche mais aussi chez les associations de lutte contre le racisme. Sur europe1.fr, le président du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, François de Rugy, a ainsi jugé ces propos « très graves et choquants », y voyant « la preuve d’une forme de libération – avec le FN évidemment, mais sans doute pas uniquement – de la parole raciste. Là, c’est du racisme pur et dur ». Un point de vue partagé par Alain Jakubowicz, président de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme. « Je suis atterré par ce que j'entends mais pas fondamentalement surpris. Elle a exprimé tout haut ce qu'au Front national, ils pensent tout bas. On voit le vrai visage du Front national », a-t-il réagi.

Sur Twitter également, l’affaire n’est pas passée inaperçue.


De son côté, le Front national minimise les faits, parlant d’une simple « erreur de casting » sur les « 713 têtes de liste déjà investies ». Dès ce matin, le parti qui tente depuis plusieurs mois de s’acheter une image respectable, a donc annoncé  la suspension de  la candidate indélicate – qui avait pris soin de faire disparaître la photo compromettante après le tournage de l’émission. Le secrétaire général du FN Steeve Briois a également précisé par voie de communiqué de presse qu’Anne-Sophie Leclere serait « convoquée par les instances disciplinaires du parti ».

VOIR AUSSI

"Poule", "conne", "salope" : Marion Maréchal-Le Pen dénonce "deux poids, deux mesures"
Discrimination raciale à l'entrée des discothèques : SOS Racisme porte plainte
Morgan Freeman : « le racisme est toujours bien vivant aux États-Unis »