François Hollande sous le feu des critiques après sa blague sur l’Algérie

François Hollande sous le feu des critiques après sa blague sur l’Algérie
François Hollande sous le feu des critiques après sa blague sur l’Algérie
Dans cette photo : François Hollande
François Hollande est sous le feu des critiques depuis sa plaisanterie faite sur l'Algérie le 16 décembre dernier lors du 70e anniversaire du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). L'UMP mais aussi certains dirigeants algériens se sont indignés.
A lire aussi


L’humour a certaines limites et celui de François Hollande, encore plus. Le président de la République, invité au 70e anniversaire de la fondation du CRIF, s’est laissé aller à une plaisanterie qui n’a pas été du goût des dirigeants algériens. Dans un trait d'humour, François Hollande avait indiqué que le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, était rentré d'Algérie « sain et sauf ». « C'est déjà beaucoup », avait-il ajouté, avec un sourire en coin.

L'Algérie et l'UMP indignées

Ce qui devait rester une plaisanterie est en train de devenir une affaire d'Etat de l’autre côté de la Méditerranée. Le ministre des Affaires étrangères algérien Ramtane Lamamra a estimé samedi 21 décembre à Alger que la boutade du président François Hollande sur la sécurité en Algérie était un « incident regrettable » et une « moins-value » pour les liens entre les deux pays. En France aussi, les responsables politiques de l’opposition n’ont pas tardé à réagir, à l’instar de Jean-François Copé, le président de l’UMP, sur Twitter.

Face à ces critiques, l’Elysée n’a pas eu d’autres choix que de rendre des explications. Les mots du président était une « plaisanterie légère qui pouvait viser n'importe qui dans n'importe quel pays et qui n'avait aucun sens particulier concernant l'Algérie, indique-t-on dimanche dans l'entourage du président, rapporte l'AFP. Il n'y a pas de tension particulière au niveau des autorités algériennes. »