Jean-Marie Le Pen estime que le virus Ebola peut "régler en trois mois" les questions d'immigration

Jean-Marie Le Pen estime que le virus Ebola peut "régler en trois mois" les questions d'immigration
Jean-Marie Le Pen estime que le virus Ebola peut "régler en trois mois" les questions d'immigration
Le président d'honneur du Front national et candidat dans le Sud-Est aux élections européennes, Jean-Marie Le Pen, a affirmé que la question de « l'explosion démographique » peut être réglée « en trois mois » par « Monseigneur Ebola ». Une déclaration faite en marge d'une réunion publique du FN organisée mardi 20 mai à Marseille.
A lire aussi
Quand Lucas Pouille remet en place John McEnroe après une question sexiste
News essentielles
Quand Lucas Pouille remet en place John McEnroe après une...


Alors qu'il discutait avec le maire Front national (FN) de Cogolin (Var) Larc-Etienne Lansade, peu avant une réunion publique organisée hier par le parti frontiste au Palais de l'Europe à Marseille, Jean-Marie Le Pen a livré à l'édile sa solution pour endiguer « le risque de submersion » de la France et le « remplacement de la population qui est en cours ». Le président d'honneur du FN a estimé : « Il n'est jamais trop tard, mais il est bien trop tard quand même ». Et le fondateur du parti d'extrême-droite d'en appeler au virus réapparu en Afrique : « Monseigneur Ebola peut régler ça en trois mois ».

Le Rassemblement bleu Marine « c'est pour les tièdes »

L'ex- candidat à l'élection présidentielle a également affirmé en petit comité, selon Le Figaro, que le Rassemblement bleu Marine (créé par Marine Le Pen, ndlr) est un mouvement « pour les tièdes, ceux qui ne sont pas FN pur jus ». L'homme de 86 ans a ensuite prononcé un discours devant les quelque 1 500 personnes réunies au Parc Charnot de Marseille. Outre les immigrés, le chantre de la « préférence nationale » s'en est pris aux musulmans. « Une religion qui a une vocation conquérante, d'autant plus conquérante qu'elle se sent forte et qu'ils se sentent nombreux. Elle va jusqu'à conquérir jusque dans nos propres rangs -pas aux FN mais en France- de nombreux nouveaux fidèles ».

Tête de liste FN  dans la circonscription Sud-Est pour les européennes de dimanche 25 mai, l'eurodéputé a par ailleurs affirmé qu'il poursuivrait sa carrière politique tant qu'il aurait « la force physique, intellectuelle et psychologique de continuer ». Adepte des dérapages verbaux, le président d'honneur du FN a notamment été condamné, en juin dernier, pour « contestation de crime contre l'humanité », pour des propos sur l'Occupation tenus en 2005.