PS : 14 nouveaux secrétaires nationaux adjoints, une seule femme

PS : 14 nouveaux secrétaires nationaux adjoints, une seule femme
PS : 14 nouveaux secrétaires nationaux adjoints, une seule femme
Jean-Christophe Cambadélis a annoncé, mardi 17 juin, la nomination de 14 secrétaires nationaux adjoints. Parmi eux, une seule femme… Des désignations en contradiction avec l'objectif de parité au sein des instances nationales voulu par le parti de la rue de Solférino.
A lire aussi


Gwendal Rouillard, Rachid Temal, Thomas Lardeau ou encore Nicolas Bays et, au beau milieu des 14 nouveaux secrétaires nationaux adjoints du Parti socialiste nommés mardi 17 juin par Jean-Christophe Cambadélis, une seule femme : Brigitte Bourguignon. Trois jours après le Conseil national du PS au cours duquel le premier secrétaire du parti avait prôné une « rénovation » de l'organisation du mouvement, force est de constater que celle-ci ne passe apparemment pas par le respect scrupuleux de la parité au sein des instances nationales.

En effet, dans un mail, envoyé aux membres des instances dirigeantes du PS mercredi 18 juin par la cellule de coordination de la rue de Solférino, que s'est procuré Le Lab, on constate que, sur les 14 secrétaires nationaux adjoints nommés lors du bureau national, mardi dernier, 13 sont des hommes. Seule femme de la liste : Brigitte Bourguignon, nommée secrétaire nationale-adjointe, auprès d'Elsa Di Méo, secrétaire nationale aux Sports.

Secrétariat national du PS : 28 hommes pour 16 femmes

Avec ces nominations, le nouveau secrétariat national élargi du PS, jusque-là paritaire (15 hommes, 15 femmes) et présenté sur le site du parti comme « une équipe rajeunie, rassemblée, aux couleurs de la France », compte 44 membres : 28 hommes et seulement 16 femmes.

Si l'entourage du premier secrétaire a assuré au
Lab que « des nominations de femmes seront annoncées la semaine prochaine », ces nominations à 90% masculines viennent contredire les propos que tenait dans Le Monde, le candidat (à la direction du parti) Cambadélis, en 2012. « La parité s'installera partout jusqu'aux instances nationales ». Une annonce qui passe mal auprès de certains membres du Bureau national du PS, dont Laurianne Deniaud qui rappelle sur Twitter : « L'égalité et la parité ne sont pas des options pour les instances du PS ! ».