Strass : « Najat Vallaud-Belkacem n'a aucune culture féministe »

Strass : « Najat Vallaud-Belkacem n'a aucune culture féministe »
Strass : « Najat Vallaud-Belkacem n'a aucune culture féministe »
Après sa rencontre mercredi avec la ministre du Droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem, le syndicat du travail sexuel (Strass), opposé à l’abolition de la prostitution, a réclamé une nouvelle fois sa démission. Pour la secrétaire générale du syndicat, Morgane Merteuil, il n’y a désormais plus de dialogue possible.
A lire aussi
Égalité salariale : Najat Vallaud-Belkacem annonce des sanctions "dans six mois"
femmes
Égalité salariale : Najat Vallaud-Belkacem annonce des...

Terrafemina : Que s’est-il passé pendant votre rencontre avec Najat Vallaud-Belkacem ?

Morgane Merteuil : Nous espérions avoir certaines réponses, notamment sur l’abrogation du délit de racolage passif. Et nous avons eu la confirmation que ce n’était pas à l’ordre du jour. Najat Vallaud-Belkacem connait nos arguments. Elle cherchait simplement à cerner nos parcours personnels pour mieux les instrumentaliser afin que l’on apporte notre caution à l’abolition de la prostitution.

Tf. : Pourquoi l’avez-vous écourté ?

M. M. : Parce qu'elle ne menait nulle part. Notre discussion nous a aussi montré qu’elle connaissait parfaitement les rapports recommandant la décriminalisation du travail sexuel, mais pourtant elle ne renonce pas, ni à l’abolition, ni à la pénalisation. On a donc décidé d’arrêter de jouer à faire semblant de discuter.

Tf. : Pourquoi demandez-vous sa démission ?

M. M. : Cela fait longtemps que l’on demande sa démission, pas seulement depuis mercredi. Et on n’a jamais eu vraiment beaucoup d’espoir avec sa nomination : Najat Vallaud-Belkacem n’a aucune culture féministe. Aujourd’hui nous demandons sa démission et l’abrogation du délit de racolage sans conditions.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Prostitution : Najat Vallaud-Belkacem reçoit le Strass qui exige sa démission
Prostitution : pour Taubira, il faut mettre en œuvre la loi
Les prostituées contre la pénalisation de leurs clients