Une jeune Ivoirienne travaillait comme esclave dans le sud de la France

Une jeune Ivoirienne travaillait comme esclave dans le sud de la France
Une jeune Ivoirienne travaillait comme esclave dans le sud de la France
Achetée et traitée en esclave par un couple vivant à Cavaillon, près d'Avignon, une jeune fille d'origine ivoirienne s'est présentée au commissariat de la ville pour révéler sa situation. L'homme a été placé en détention provisoire et sera jugé pour traite d'être humain.
A lire aussi
Top 10 des entreprises où les jeunes diplômés rêvent de travailler
jeunes
Top 10 des entreprises où les jeunes diplômés rêvent de...


À Cavaillon dans le Vaucluse, Charlotte, une jeune Ivoirienne de 14 ans, s'est présentée au commissariat de la ville mardi 12 février en expliquant qu’elle était l’esclave d’un couple cavaillonnais et qu’elle avait été achetée à sa famille avant d’être conduite en France. La jeune fille effectuait en effet les tâches ménagères quotidiennes et s'occupait des enfants sans obtenir de salaire. Sans papiers, elle n'allait évidemment pas à l'école. La jeune fille a précisé qu’elle avait été « recrutée » en septembre dernier en Côte d’Ivoire, près d’Abidjan, parmi plusieurs enfants et achetée par cet homme d’origine togolaise et par sa femme française, pour la somme de 4 500 euros. L’adolescente a également expliqué les conditions dans lesquelles elle vivait. À chaque faux pas, le couple lui administrait des coups de ceintures en guise de punition. Le calvaire aura duré plusieurs mois, jusqu’à ce que la jeune fille décide de se rendre au commissariat de police, suite à une ultime correction faite par un « ami » de son « patron », rapporte La Provence.com. La jeune fille a aussitôt été placée dans un foyer de l’enfance à Avignon.

L’homme qui « employait » Charlotte sera jugé pour violences volontaires et traite d'être humain le 15 mars prochain au tribunal correctionnel d’Avignon. En attendant, le Cavaillonnais a été écroué. Son ami sera également jugé en mars alors que sa femme a été écartée de l’affaire.

Alice Bidet

VOIR AUSSI

Un couple français soupçonné d'esclavage
Côte d’Ivoire : « Les femmes sont les victimes oubliées du conflit »
Excision en Côte d'Ivoire : la fin de l'impunité des exciseuses