Valérie Trierweiler : "Pendant qu’il travaillera, j’en profiterai pour faire du vélo"

Publié le Lundi 12 Août 2013
Valérie Trierweiler : "Pendant qu’il travaillera, j’en profiterai pour faire du vélo"
Valérie Trierweiler : "Pendant qu’il travaillera, j’en profiterai pour faire du vélo"
Dans cette photo : Valérie Trierweiler
Avant de s’offrir une semaine de repos dans la résidence de la Lanterne, près de Versailles, avec François Hollande, Valérie Trierweiler s’est confiée au Parisien-Aujourd’hui en France. Un long entretien paru dimanche dans lequel la première dame revient sur ses premiers pas à l’Élysée et sur les vacances studieuses du chef de l’État.
À lire aussi


Ses vacances de première dame, ses premiers pas à l’Élysée et son compagnon, François Hollande : Valérie Trierweiler s’est confiée dans le numéro paru dimanche du Parisien-Aujourd’hui en France. Un entretien au cours duquel elle est revenue, une fois de plus, sur les maladresses qui ont marqué le début de sa relation avec les Français. Après son opération « Reconquête de l’opinion » sur le plateau de « C à Vous » sur France 5, en juin dernier, elle a réaffirmé que « la première année avait été un temps d’apprentissage. Cette période m’a été nécessaire pour mieux appréhender mon rôle. J’ai rencontré plus d’une trentaine de premières dames du monde entier. Nous échangeons nos expériences, et c’est étonnant de constater que les problématiques sont toujours les mêmes », a-t-elle confié. Et d’assurer : « J’ai beaucoup appris de ces échanges. Je m’investis avec sincérité, tout en restant moi-même. » 

Au terme de cette année difficile, émaillée de polémiques en tout genre, le couple présidentiel méritait bien une semaine de repos, débutée, le week-end dernier. Et si, traditionnellement, tous les présidents de la Ve République séjournaient au Fort de Brégançon pendant la saison estivale, cette année, le couple Hollande-Trierweiller en a fait autrement. « C’est un endroit très beau, mais où il est difficile de conserver un peu d’intimité. Nous n’aimons ni ne recherchons l’exhibition. La moindre sortie se transforme en bain de caméras et peut donner l’impression que nous cherchons à nous exposer. Ce n’est pas notre conception de la vie de couple, que nous protégeons du mieux possible », a justifié la première dame.

« Nous profiterons de ce temps court et précieux pour être ensemble »

C’est donc dans la résidence de la Lanterne, près de Versailles dans les Yvelines, que le président et sa compagne ont posé leur valise pour quelques jours. Un lieu qui a « l’avantage d’être près de Paris » et qui apporte « toute la quiétude nécessaire à laquelle chacun a droit. De plus l’endroit est doté de la logistique indispensable à un chef d’État qui veut rester actif », a expliqué Valérie Trierweiler. « Nous profiterons de ce temps court et précieux pour être ensemble, tout simplement. Et pendant qu’il travaillera, j’en profiterai pour lire ou faire du vélo ! » 

Critiqué l’an dernier en raison du temps libre qu’il s’était accordé, le président de la République a donc prévu des vacances studieuses cette année. Il envisage « en plus de ses rendez-vous téléphoniques, de répondre lui-même à quelques lettres de Français. Il en reçoit cinq mille par mois, c’est beaucoup, mais il tenait à en lire le plus grand nombre », a encore fait savoir la première dame, insistant sur le « faux procès » dont François Hollande avait été victime à l’été 2012, alors qu’il « passait la plus grande partie de la journée dans son bureau de Brégançon », au téléphone avec des chefs d’État, le Premier ministre ou des ministres dont certains étaient venus au Fort, se souvient-elle. 

VOIR AUSSI

Printemps français : Hollande et Trierweiler victimes d'un lâcher de poules
Valérie Trierweiler dans "C à Vous" : "Il n’y a pas de plus joli mot que compagne"
Valérie Trierweiler : décryptage du look d'une Parisienne - photos
Valérie Trierweiler s'engage auprès des femmes violées en RDC