Trophée Roses des Sables : « une expérience humaine inoubliable ! »

Trophée Roses des Sables : « une expérience humaine inoubliable ! »
Trophée Roses des Sables : « une expérience humaine inoubliable ! »
Le Trophée Roses des Sables s'est achevé le week-end dernier à Ouarzazate au Maroc. Notre équipage chouchou, La marmaï du désert, se place à la 51e place, pour sa première participation. Bilan de l’expérience et premières impressions de Marie-Hélène Gabard et Maïtena Lacoste, quelques heures après l’arrivée.
A lire aussi
Trophée Roses des Sables : une soirée pour lancer l’édition 2013
femmes
Trophée Roses des Sables : une soirée pour lancer...


« Nous avons désensablé certains équipages, nous en avons tracté d’autres, mais nous ne nous sommes jamais ensablées nous-mêmes », raconte Marie-Hélène. « Nous n’avons donc pas d’autre choix que de reprendre le départ l’année prochaine », plaisante-elle. En effet, après dix jours de course, le Trophée Roses des Sables s’est achevé ce week-end, à Ouarzazate. Et l’heure est désormais au bilan.

Sur le plan humanitaire, les Roses ont apporté plus de 21 tonnes de matériel aux familles démunies du désert marocain, soit 6 tonnes de plus que lors de l’édition 2010. Autant de dons que l’association Enfants du Désert se chargera de redistribuer tout au long de l’année. Côté sportif, la plus haute marche du podium revient, pour sa troisième participation, à l’équipage Nomad’in, composé de Stéphanie Didier et Maïa Hédon.

Mais Marie-Hélène Gabard et Maïtena Lacoste n’ont pas démérité. « Nous terminons à la 51eme place sur plus de 150 véhicules !, se félicitent-elles. Pour une première fois, ce n’est pas mal du tout d’autant que, selon l’organisation, cette édition était nettement plus difficile que les précédentes, en termes physique, d’orientation et de conduite. » Pour preuve, pas moins de 10 abandons ont été recensés auxquels s’ajoutent 2 accidents et plusieurs casses techniques. « Le Trophée Roses des Sables exige une vigilance de tous les instants, aussi bien du pilote que de son copilote, explique Maïtena. Nous avions emporté plusieurs heures de musique dans nos bagages : nous n’en avons pas écouté une seule minute ! Nous ne pouvions pas nous permettre de nous déconcentrer. »

Bien que n’ayant pas l’esprit de compétition, les deux participantes se sont donc rapidement prises au jeu, refusant de baisser les bras devant les difficultés. Pour autant, elles n’ont jamais perdu de vue leur objectif. « Nous avons vraiment fait la course à notre rythme. Nous nous arrêtions pour attendre les copines ou pour aider les équipages en difficulté ». Car pour La marmaï du désert, l’entraide, la solidarité et l’échange étaient les maîtres-mots de cette « expérience humaine inoubliable. Nous avons noué des liens d’amitié extrêmement forts avec certaines filles avec lesquelles nous espérons rester en contact. »

Crédit photo : Trophée Roses des Sables

VOIR AUSSI

Trophée Roses des Sables 2011 : notre équipage à 3 mois du départ
Trophée Roses des Sables : notre équipage à 24 heures du départ
Trophée Roses des Sables 2011 : c'est parti !
« Les Roses Solidaires » : quand rallye rime avec solidarité
Dons, scolarisation : un nouvel avenir pour les « Enfants du Désert »