Slow Food se penche sur "les aliments qui changent le monde"

Slow Food se penche sur "les aliments qui changent le monde"
Slow Food se penche sur "les aliments qui changent le monde"
Le Salon international du goût, à l'initiative du mouvement Slow Food, aura cette année lieu à Turin pendant 4 jours à la fin octobre. Avec plus de 400 personnes attendues, cette édition se concentrera sur « les aliments qui changent le monde », un thème qui s'inspire du contexte actuel de crise.
A lire aussi


C’est LE rendez-vous des adeptes du mouvement écologiste et culinaire Slow Food : le Salon international du goût, qui a lieu tous les deux ans depuis 1996, se tiendra cette année du 25 au 29 octobre à Turin, en Italie. Il s’est associé pour la première fois au rassemblement pour les travailleurs agricoles Terra Madre. Au programme cet année, « les aliments qui changent le monde ». Un sujet qui s’inscrit dans le contexte économique de crise, période où les comportements alimentaires changent.

Le Salon est, pour ses promoteurs, « l'évènement international le plus important jamais dédié à l'alimentation ». 350 producteurs d’aliments protégés et labellisés Slow Food seront présents parmi les 1 000 exposants, venus d’une centaine de pays différents de tous les continents pour rencontrer des chefs cuisiniers, des entreprises de l’alimentaire et des visiteurs. Sont prévues de nombreuses conférences, rencontres et autres « activités éducatives », pour repenser le monde à travers l’alimentation.

« La nourriture est devenue une simple marchandise »

« De nouvelles politiques en matière d'alimentation peuvent changer le monde. On n'a jamais autant parlé d'alimentation mais la nourriture est devenue une simple marchandise », explique Carlo Petrini, le fondateur du Salon, sociologue de formation et ancien critique gastronomique. « En Europe notamment, on ferme les entreprises agricoles car les agriculteurs n'arrivent pas à vivre avec ce qu'ils gagnent ».

Eduquer au goût dès le plus jeune âge, réduire le gaspillage, promouvoir la biodiversité : tels sont les objectifs du mouvement Slow Food, qui s’est lancé en 1989 en Italie, dans la région de Turin, alors que les premiers fast-foods apparaissaient dans le pays. Le mouvement compte aujourd’hui près de 100 000 membres répartis dans 150 pays, qui lient le plaisir de la bonne cuisine à l’attachement à leurs communauté et environnement. Ou comment allier réflexion à dégustation.

Voir le site du Salon du goût

VOIR AUSSI

« Les 36 recettes minceur du président de la République » : les politiques passent à table
La France (re)cuisinée : un plat d’exception au prix d’un fast-food
Fête de la Gastronomie : le 1er festival pour les gourmands