Crèches privées, un marché en plein boom

Crèches privées, un marché en plein boom
Crèches privées, un marché en plein boom
Face à la pénurie de places dans les crèches publiques, de plus en plus de familles passent par les « crèches privées » pour faire garder leurs tout-petits. Il en existe une vingtaine en France, qui gèrent désormais 20.000 places. Le secteur connaît un taux de croissance de 35% par an depuis 2008.
A lire aussi


Les futurs parents ont beau s’y prendre à l’avance, parfois des mois avant l’accouchement, rien n’y fait : il manque aujourd’hui entre 300.000 et 500.000 places d’accueil dans les crèches publiques pour les enfants de moins de trois ans. Face à cette pénurie, le marché des « crèches privées » est en plein boom, et connaît un taux de croissance annuel de 35% depuis 2008, selon une récente note du Centre d’analyse stratégique (CAS). Il existe une vingtaine de structures commerciales de ce type, qui gèrent près de 20.000 places, au profit notamment d’entreprises. Comme la Caisse nationale d’allocation familiale (Cnaf) reste le principal financeur, les familles bénéficient des mêmes tarifs que dans les crèches publiques.

Depuis 2004, les pouvoirs publics encouragent les entreprises, via des mesures incitatives, à contribuer elles-mêmes au financement de ces crèches. Les « entreprises de crèches » ont d’abord été l’apanage des grands groupes, qui installaient les centres d’accueil au sein de leurs sièges sociaux. La tendance est désormais à la création de places en réseau. Il s’agit, pour les entreprises, de réserver et d’acheter des places pour les mettre à disposition de leurs salariés. « Les entreprises sont séduites par ce système qui profite désormais à tout le monde », affirme Rodolphe Carle, président de Babilou. « En tant qu'employeur, je m'y retrouve, car mes salariées sont moins absentes et c'est un bon moyen de stimuler et garder le personnel », explique Michael Azerrad, un gérant de pharmacies à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), qui a réservé deux places dans des crèches Babilou pour 300 euros par mois environ (après déduction d’impôt). La formule séduit aussi les municipalités, qui réservent environ 40% des places au sein de ces crèches privées pour en faire bénéficier leurs administrés.

Élodie Vergelati


Avec AFP
Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Garde d'enfant : Avez-vous pensé à la crèche interentreprise ?
Laïcité : débat sur la neutralité religieuse des crèches et des nounous
Crèches : interdire le port du voile est légal
Comment créer une micro-crèche ?
Crèche : la mairie de Paris dément avoir exclu la petite handicapée
Bon plan : une place en crèche pour bébé
La crèche, combien ça coûte ?

L’INFO DES MEMBRES

Crèche : une fillette exclue à cause d'un grain de beauté