Angelina Jolie brise le tabou : oui, être une maman célèbre, c’est bien plus facile !

Angelina Jolie brise le tabou : oui, être une maman célèbre, c’est bien plus facile !
Angelina Jolie brise le tabou : oui, être une maman célèbre, c’est bien plus facile !
Dans cette photo : Angelina Jolie
Gwyneth Paltrow, Gisele Bündchen, Alessandra Sublet, Jessica Alba… Combien sont-elles sur la planète people à venir gratter à la porte des mamans quidams, arguant que, comme nous, elle connaissent ces  difficultés organisationnelles qui jalonnent notre pauvre quotidien de génitrice anonyme ? Non mais on rêve ! Heureusement, la divine Angelina Jolie est enfin venue remettre les pendules à l’heure et rien que pour ça, on lui dit merci.
A lire aussi

Comment, vos enfants mangent du gluten, ne parlent ni mandarin ni japonais, n’ont pas éveillé leur sens de la découverte d’autrui en parcourant la planète avec leurs frères et sœurs en jet privé ? Quoi, vous rentrez tard le soir et n’avez donc pas participé à l’atelier poterie maman-bébé ? Pardon ? Il vous arrive de vous énerver après avoir titubé en pleine nuit sur une petite voiture qui se trouvait sur le chemin des toilettes (mais que fait la gouvernante ?) puis peiné à vous rendormir à cause de la fracture ouverte du gros orteil qui s’en est ensuivie ? Mais ne savez-vous pas que les sautes d’humeur nuisent fortement au développement personnel de votre progéniture ?

"Il me semble impossible d'être à la fois une working girl, une bonne épouse et une bonne mère !"

Gwyneth, Gisele, Alessandra, Jessica et consors, ces mamans stars nous divulguent chaque jour leurs conseils, leurs petites astuces, leur dernière marotte trop mimi en matière d’éducation parce que, bien évidemment, elles ont exactement la même vie que nous. La preuve, Alessandra Sublet, devenue experte en la matière depuis qu'elle est devenue mère, n'a de cesse de parler en notre nom, elle la working mum débordée qui a finalement fait ses choix. "Il me semble impossible, d’être à la fois une working girl, une bonne épouse et une bonne mère ! Pour moi le féminisme, c’est prendre soin de soi et arrêter d’être l’homme et la femme. Chacun à sa place !", expliquait-elle en effet après avoir décidé de lever le pied et finalement opté pour un 15h30-21h (à 12 000 euros par mois) qui, enfin, lui a permis d'"être maman". Damned, mais que n’y avions-nous songé plus tôt ? Est-ce à dire qu’à cause de nos réunions à rallonge nous ne sommes pas nous-même de vraies mamans ? Passons (ou pas)…

« À mon avis, il devrait y avoir une loi obligeant les femmes à allaiter leur bébé pendant six mois. Sinon, jeunes mamans, vous le payerez tôt ou tard » (Gisele), « si tu es en colère, va vers [ton mari] pleine d'amour et fais-lui une fellation » (Gwyneth, quelques mois avant son divorce), « comment j’ai procédé pour le pot avec mes deux garçons ? Facile ! Les bébés naissent propres. C’est aux parents de s’entraîner ! » (Mayim Bialik, de The Big band theory), « les futures mamans devraient passer le plus de temps possible à s’occuper d’elles-mêmes. Manucure, pédicure, n’hésitez pas » (Jessica Alba)…

Si vous êtes mère et ne disposez ni de la fortune, ni des multiples nounous, coiffeurs, masseurs et nurses de nuit de nos riches amies donneuses de leçon, vous devriez d’ores et déjà avoir saisi un quelconque jouet en plastique afin de le jeter sur votre écran. N’en faites rien ! N’oubliez ni l’état de vos finances, ni le fait que le surf sur Internet reste l’un de ces loisirs peu onéreux qui vous permet, lorsque la maisonnée est enfin endormie, de reposer pour un temps votre fragile carcasse mise à mal par vos impératifs professionnels et familiaux.

"Je suis tellement plus assistée que la plupart des mères !"

Réjouissez-vous plutôt, car un membre des red carpet mums, et pas des moindres, a récemment pris la parole pour calmer ses consoeurs. Interrogée par le Daily Mail, Angelina Jolie herself, mère de 6 enfants tout de même, a en effet déclaré : « Je suis tellement plus assistée que la plupart des mères. Et j’ai les moyens d’avoir une maison, des aides médicales et une alimentation saine. (…) Je considère que les femmes qui sont dans ma position, celle d’avoir autant d’aide qu’elles le désirent, ne devraient pas se plaindre. » Ni inciter les autres à adopter leurs pratiques éducationnelles, par ailleurs inapplicables au mode de vie du commun des mortels ?

A bon entendeur. Angelina 1. Alessandra 0.