Mandela : le faux interprète de langue des signes plaide la schizophrénie

Mandela : le faux interprète de langue des signes plaide la schizophrénie
Mandela : le faux interprète de langue des signes plaide la schizophrénie
Dans cette photo : Nelson Mandela
Il n'a rien traduit du tout. L'interprète en langue des signes, chargé de retranscrire les discours pendant la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela, était en fait un imposteur. Démasqué, Thamsanqa Jantjie, l'ursupateur, s'est excusé plaidant la schizophrénie.
A lire aussi
Mandela: qu’a vraiment dit le faux interprète en langue des signes lors de l’hommage ? - en vidéo
Buzz
Mandela: qu’a vraiment dit le faux interprète en langue...


Il a affirmé avoir eu un accès de schizophrénie. Thamsanqa Jantjie, l’interprète-imposteur censé traduire en langue des signes les discours lors de la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela mardi, s’est excusé mercredi pour ses gesticulations insensées. Il a, en effet, expliqué avoir eu un accès de schizophrénie lié au stress : « Il n'y avait rien à faire. J'étais seul dans une situation dangereuse. J'ai essayé de me contrôler et de ne pas montrer au reste du monde ce qui m'arrivait. Je suis vraiment désolé, c'est la situation dans laquelle je me suis retrouvé », a-t-il expliqué ajoutant qu’il suivait un traitement contre cette maladie : « La vie est injuste. Ceux qui ne comprennent pas cette maladie vont penser que c'est une fausse excuse ».

Il s’était déjà fait remarqué pour ses prestations de piètre qualité

Mais cette version serait peu crédible selon le directeur de la principale association de sourds sud-africains Deaf SA, Bruno Druchen. Ce n’est, en effet, pas une première pour « l’interprète ». Celui-ci avait déjà offert une prestation semblable auprès du président sud-africain Jacob Zuma l’année dernière ou lors du centenaire du parti de Nelson Mandela. « Ca a été un choc et une surprise quand on l'a vu à la cérémonie d'hommage », a expliqué Bruno Druchen. Mercredi, un interprète officiel de la Fédération des sourds d'Afrique du Sud, Delphin Hlungwane confirmait, de son côté, que ses gestes n’avaient aucun sens : « Il gesticulait et bougeait juste ses mains dans tous les sens, il n'avait aucune grammaire, n'utilisait aucune structure, ne connaissait aucune règle de la langue ».

VOIR AUSSI

Nelson Mandela : les sept chansons qui lui rendent hommage
Nelson Mandela : les grands moments de sa vie - vidéos
Nelson Mandela : ses 10 citations les plus marquantes
Nelson Mandela : l'Afrique du Sud entame une semaine de deuil officiel