Mariage gay : les religions de France unies contre le projet

Mariage gay : les religions de France unies contre le projet
Catholiques, musulmans, juifs, protestants, orthodoxes et bouddhistes sont tous opposés au projet de légalisation du mariage et de l'adoption pour tous, annoncé par le gouvernement. Pour des raisons différentes certes mais d'accord sur le principal. En revanche, chaque culte a choisi de s'exprimer individuellement.


Non au mariage gay : pour une fois, les six principales religions de France – catholique, musulmane, juive, orthodoxe, bouddhiste et protestante – s’entendent sur un sujet ! Mais après une rencontre entre les responsables dans la plus grande discrétion à Paris dans le courant du mois de septembre, les six responsables de culte se sont entendus sur la marche à suivre : en accord sur le principe d’opposition, ils déploieront chacun de leur côté leurs moyens d’action contre la proposition de loi du gouvernement.

La religion catholique aux avant-postes

Les premiers à entrer dans la bataille sont les catholiques : la « prière pour la France » du 15 août orchestrée par le cardinal André Vingt-Trois a fait couler beaucoup d’encre et a déclenché les hostilités entre les pro et les anti mariage gay.

Reçu à deux reprises par Christiane Taubira, la ministre de la Justice, le président de la Conférence des évêques a clairement affirmé la position de sa confession : « L'ouverture du mariage à des personnes homosexuelles va entraîner une transformation assez large des définitions de l'état civil et du Code civil ». Il pose également la question de l’adoption par des couples homosexuels, qui ne respecterait pas selon lui la convention universelle des droits de l’enfant signée par la France. Il demande un véritable débat, sous forme de référendum par exemple, et espère « empêcher la loi ».

Les autres religions emboîtent le pas

Mardi 18 septembre, Christiane Taubira a aussi reçu la Fédération protestante de France (FPF). Claude Paty, le pasteur et président de la FPF confie que « le mariage n’est pas un sacrement, notre opposition ne peut pas être d’ordre religieux » mais avoue « que pour des raisons anthropologiques, et de structuration symbolique, je n’approuve pas ce projet ». Même son de cloche chez les orthodoxes qui rendront leur avis début octobre.

Chez les musulmans, Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman, a déjà donné des indices au Figaro avant une déclaration publique imminente : « Le culte musulman - à l'instar des autres cultes monothéistes - n'autorise pas le mariage entre deux personnes du même sexe. Nous sommes donc opposés à ce projet de loi ». Le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim doit également prendre la parole : farouche défenseur de la « lutte contre l’homophobie », il n’imagine pas « priver des enfants d’un droit essentiel, avoir un père et une mère et non un parent 1 et un parent 2. »

Laure Gamaury


Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Mariage gay et adoption pour tous : un couple réagit à l'annonce de Christiane Taubira
Mariage gay : quand des hommes d'Église dérapent
Mariage gay : L'Église de France rédige une prière contre la future législation