Mariage gay : ces politiques qui s'y opposent et leurs arguments

Mariage gay : ces politiques qui s'y opposent et leurs arguments
Mariage gay : ces politiques qui s'y opposent et leurs arguments
Dans cette photo : François Hollande
Alors que la ministre de la Justice Christiane Taubira vient de dévoiler dans un entretien à La Croix les grandes lignes de son projet de loi pour le mariage homosexuel, la riposte des opposants à l'union entre personnes du même sexe s'organise. Et de droite comme de gauche, les politiques qui sont contre le projet le font savoir.
A lire aussi
Mariage gay : la dernière charge du cardinal André Vingt-Trois
mariage gay
Mariage gay : la dernière charge du cardinal André...


C’est dans un entretien au journal La Croix que la ministre de la Justice Christiane Taubira a précisé mardi les conditions d’adoption pour les couples homosexuels, revenant également sur le projet de loi concernant le mariage gay. La garde des Sceaux a ainsi marqué un pas de plus vers la mise en place de cette promesse de campagne de François Hollande, provoquant de nombreux remous chez les détracteurs du mariage homosexuel. Alors que l’Église menait campagne dès le mois d’août contre l’union entre personnes du même sexe, et que l’institut Civitas, proche des catholiques intégristes, a lancé mardi une campagne agressive contre le mariage gay, les voix de certains politiques s’élèvent ainsi contre le projet de mariage homosexuel. Zoom sur les élus qui se dressent contre cette union.

Christine Boutin (UMP) : des conséquences lourdes pour la société

Christine Boutin, la présidente du Parti chrétien-démocrate, est une opposante farouche de longue date au mariage homosexuel. Sur Europe 1, la députée a exigé que ce « projet de loi qui est lourd dans ses conséquences pour la société », soit soumis à un referendum. « J’ai sollicité auprès du Premier ministre une audience pour l’organisation d’un référendum sur ce texte pour trois raisons : c’est l’intérêt du gouvernement qui est favorable à une démocratie participative, c’est l’intérêt des Français qui pourraient chacun prendre leur responsabilité […] et c’est enfin l’intérêt pour la paix sociale et civile », a-t-elle ajouté.

Jacques Bompard (Ligue du Sud, extrême droite) : pour une « clause de conscience »

Pour le maire d’Orange et député du Vaucluse Jacques Bompard, les élus qui sont contre le mariage homosexuel devraient avoir le droit de refuser de célébrer une union entre personnes du même sexe. Il réclame la mise en place d’une clause de conscience, de l’ordre de celle qui existe pour « le médecin qui ne veut pas pratiquer l’avortement ». «On rentre là dans le même domaine que le médecin qui veut ou ne veut pas pratiquer un avortement », a-t-il déclaré lors d’une interview mardi sur i>Télé. «Il me semble qu’il doit y avoir là la clause de conscience et si elle n’y était pas, ça signerait que nous sommes dans un monde totalitaire, ce qui déjà est bien avancé ». Il a par ailleurs observé qu’il y a dans sa mairie 35 élus, dont « des élus de l’opposition qui vont être absolument ravis de pouvoir commettre cet exploit ». Christiane Taubira a d’ores et déjà affirmé que les maires ne seront pas autorisés à se dérober, le code civil s’imposant « à tous ».

Gilles Bourdouleix (UDI) : pour un PACS amélioré

Le député du Maine et Loire Gilles Bourdouleix exprime son opposition au projet de loi socialiste dans un communiqué de presse, estimant que la garde des Sceaux Christiane Taubira et le gouvernement Ayrault « programment la déstructuration de notre société et font le jeu du communautarisme ». « Le mariage est le lien qui unit un homme et une femme qui fondent une famille. C’est une valeur fondamentale de la société qu’il faut protéger et préserver. Il ne faut pas céder à la demande d’un lobby non représentatif, y compris des homosexuels », écrit-il. S’il est opposé au mariage entre personnes du même sexe, il se dit en revanche « favorable à une union civile sur la base du PACS qui peut être améliorée et avoir plus de solennité, par exemple en étant signée à la Mairie ».

Bernard Poignant (PS) : « l’enfant a besoin d’altérité »

Prudent ou opposé à l’idée ? Dans une interview au site Famille chrétienne, le socialiste Bernard Poignant, maire de Quimper, émet des réserves appuyées vis-à-vis du mariage homosexuel. Il se confie au journal : « sur mon blog, j’ai fait part de mes réserves à propos de l’homoparentalité. Je crois que l’enfant a besoin de l’altérité. Comme orphelin, je me suis construit dans l’altérité du père absent… Tout enfant doit savoir qu’il a un père et une mère », souligne-t-il.

Alain Juppé (UMP) : « je n’arrive toujours pas à accepter l’idée »

« Je pense depuis longtemps que la loi doit prendre en compte l’évolution des mœurs et des mentalités et que, par conséquent, le moment de cette reconnaissance est venu », écrit sur son blog l’ancien Premier ministre et maire de Bordeaux. Reste qu’Alain Juppé n’est pas pour le « mariage » en tant que tel pour les couples homosexuels. « Pourquoi donner à cette union le nom de mariage ? L’égalité n’exclut pas la différence », souligne-t-il. La vraie question pour lui : celle de l’adoption par un couple homosexuel. « Je n’arrive toujours pas à accepter l’idée qu’un enfant puisse avoir deux parents du même sexe », dit-il, « je ne suis donc pas favorable à l’adoption par les couples homosexuels, quels que soient les arguments de fait qu’on invoque».

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Mariage gay : l'annonce de Christiane Taubira surprend associations et ministres
Mariage gay et adoption pour tous : un couple réagit à l'annonce de Christiane Taubira
Mariage gay : L'Église de France rédige une prière contre la future législation
Mariage gay : les couples homosexuels à la noce avant fin 2013
Mariage gay : 63% des Français disent oui

Plus d'actu sur : Mariage gay

Taubira traitée de "guenon" : la Manif pour tous va remanier sa charte d'action
Adoption pleinière : la première famille avec deux mamans est née
La Manif pour tous en guerre contre la théorie du genre