"Simp", ce nouveau mot qui en dit long sur la masculinité toxique

"Simp", ce nouveau mot qui en dit long sur la "masculinité toxique"
"Simp", ce nouveau mot qui en dit long sur la "masculinité toxique"
C'est un terme anglophone qui a investi les réseaux sociaux, et en dit long sur la masculinité toxique. Mais qu'est-ce au juste qu'un "simp" ?
À lire aussi

"Simp" : derrière cette expression anglophone, une forme de constat social de la misogynie, qui rejoint bien des enjeux féministes actuels. Peut-être n'en avez vous jamais entendu parler, et pourtant ce terme s'est propagé sur les réseaux sociaux et les forums outre-Atlantique.

Etre "simp", c'est simple : cela consiste à "courtiser une femme indigne de son intérêt", comme le synthétise La Dépêche, et à "désespérément chercher à attirer l'attention des femmes". Faire passer "les meufs avant les potes", mais sous couvert d'un même état d'esprit sexiste. Une expression qui en dit long hélas sur certaines mentalités. Et fait réagir.

Une misogynie décomplexée

Car l'expression se répand, des réseaux sociaux les plus tendances (comme TikTok) aux plateformes comme Twitch. "Being a simp is cool", peut-on ainsi lire au détour d'un post (ironique ?) Instagram abondamment liké de la très cool "Dudette with sign". Une publication qui divise : nombreux sont les internautes à dire que, non, être un "simp" n'a rien de cool. Pour le média féministe She's the people, l'usage général du néologisme perpétue ce que l'on appelle la masculinité toxique.

Autrement dit, une virilité de bas étage, stéréotypée et misogyne. Au sens actuel, un "simp" serait effectivement "une insulte employée pour désigner les hommes qui sont considérés comme trop attentifs et 'soumis' aux femmes, en particulier dans l'espoir de gagner leur attention ou un rapport sexuel consenti de leur part", comme le résume le média.

C'est un terme qui remonte aux années 40, mais c'est son usage contemporain, notamment popularisé par le rap, qui lui a attribué ces notions péjoratives, indissociables des rapports entre hommes et femmes. Et pas pour le meilleur. Effectivement, "simp" est en particulier employé par les groupes masculinistes, perpétuant le terme pour railler tous ceux qu'ils jugent "dévirilisés" par la gent féminine.

"Tout cela envoie un message aux hommes : se soucier du sort ou du bien-être des femmes ne serait pas une chose 'virile' à faire... Alors que ça devrait être exactement le contraire", s'attriste à ce titre Destin Gerek, auteur de The Evolved Masculine, du côté du site USA Today.

Un terme ambivalent

Cependant, puisque son usage est multiple, "simp" dévoile une certaine ambivalence. Comme l'observe le média Madmoizelle, le "simp" serait à la fois "un homme qui se vante d'être galant dans l'espoir d'obtenir des relations sexuelles avec des femmes" et "un homme qui prend une position servile / soumise aux femmes".

Autrement dit, le "simp" serait soit un dragueur opportuniste, soit la Némésis des communautés misogynes. Parmi elles, les Incels, ou célibataires involontaires, pour qui les femmes seraient non seulement inférieures, mais aussi dangereuses pour les hommes.

Dans son emploi critique, visant à dénoncer une certaine attitude masculine, le terme renforcerait cette idée tout aussi néfaste selon laquelle "si je fais quelque chose pour une femme, elle doit faire quelque chose en retour, autrement dit, une faveur sexuelle", constate Abigail Riemer, professeure de psychologie à l'Université Carroll, à USA Today.

Dans tous les cas, le mot rend compte de l'état d'esprit de bien trop de mentalités masculines, état d'esprit qui se propage sur la Toile et sous couvert d'anonymat. Et force est de constater que le bilan n'est guère source d'espoir.

"Chaque utilisation du terme 'simp' est mêlée de misogynie. Cette idée favorise la masculinité toxique en sapant les comportements positifs comme la politesse et appuie la croyance selon laquelle un homme ne pourrait pas se contrôler", déplore à ce titre She's The People.

Et oui, il reste encore bien des stéréotypes à déconstruire.