Elles créent des maillots de bain pour les femmes ayant subi une mastectomie

Le maillot asymétrique de l'association Complètement Femme
Le maillot asymétrique de l'association Complètement Femme
Pour pallier l'absence de maillots conçus pour les femmes ayant subi une ablation du ou des seins, cette association a créé un modèle spécial "Amazones".
A lire aussi

"Amazone". Une jolie terminologie pour désigner ces femmes guerrières opérée d'une mastectomie suite à un cancer et ont opté pour la reconstruction à plat. Car sur les 20 000 femmes à subir une ablation du ou des seins en France chaque année, seules 27% des femmes font le choix de la prothèse mammaire. Pour ces femmes trop souvent invisibilisées, l'été se révèle une période délicate, voire douloureuse. Peur du regard des autres sur cette poitrine asymétrique ou plate, honte de ce corps qui a pourtant surpassé la plus dure des épreuves... Se dévoiler sur une plage peut s'avérer violent.

C'est pour aider ces Amazones à se reconstruire mentalement et à retrouver une image conquérante d'elles-mêmes que Pascale Contrino et Valérie Blondeau ont créé l'association Complètement Femme. Et ont imaginé un maillot asymétrique qui les magnifie. L'aboutissement d'une année de travail.

"Cette idée est venue de mon cheminement personnel. A la base, je n'arrivais même pas à me regarder dans une glace", confie Pascale Contrino, qui a elle-même subi une mi-mastectomie, passant d'un bonnet C à un bonnet A. "J'ai dessiné ce maillot pour me projeter sur une image positive. Et j'ai eu des retours fabuleux de femmes qui m'ont remerciée de les représenter aussi belles et qui me demandaient où le trouver."

Une démarche nécessaire tant l'industrie de la mode néglige ces femmes- pourtant nombreuses- qui ont choisi de ne pas porter de prothèses. Sans seins, pas de maillot ? "On ne trouve pas de maillot de bain adapté aux Amazones. Ce qui existe, ce sont des maillots avec une poche à l'intérieur dans laquelle on glisse une prothèse externe. On retombe dans une idée de la représentation sociale du corps d'une femme, c'est-à-dire avec deux seins", tempête Pascale Contrino. "C'est quelque chose qu'on veut bousculer pour que les femmes puissent reprendre confiance en elles, ne plus avoir peur du regard de l'autre."

Le maillot uni-sein créé par l'association Complètement Femme
Le maillot uni-sein créé par l'association Complètement Femme

"Ces maillots vont briser l'isolement"

Pour enfin donner de la force à ces Amazones de l'ombre, une baignade collective a été organisée en juillet 2019 au Lac de Paladru, en Isère. Avec un joyeux mot d'ordre : "Toutes à l'eau avec ou sans lolo". Les images empouvoirantes de ces naïades épanouies dans leurs maillots uni-sein ont aussitôt suscité un vent d'enthousiasme. "Ces maillots sont hyper importants. Ce sont des symboles car le corps est vu par tout le monde, encore plus qu'un sous-vêtement, que l'on porte dans l'intimité. On va aller dehors, on va au milieu des autres."

Car trop de survivantes du cancer du sein se terrent, mutilées par une ablation bâclée exécutée "par des médecins qui parfois s'en fichent et assument que vous allez vous faire reconstruire". Des victimes qui ploient sous ces pressions sociale et médicale qui contraignent encore trop souvent le corps des femmes. C'est afin de les décomplexer et les libérer que l'association Complètement Femme se démène. Pour qu'en enfilant ces tenues de bain lumineuses, confortables et (enfin) adaptées à leur morphologie, ces "Amazones" se réapproprient leur silhouette.

Les baignades des Amazones
Les baignades des Amazones

"Ces maillots vont briser l'isolement et la solitude car les filles vont se reconnaître. Elles vont se dire : 'En fait, il y a plein de femmes qui sont comme moi !'", se réjouit Pascale Contino. D'où l'idée de l'association de lancer une campagne de financement participatif afin de rendre accessibles ces jolis maillots graphiques.

L'objectif ? Faire fabriquer- au moins- 30 pièces (des brassières et des maillots une pièce) cet été par un atelier d'ex-couturières de la marque Lejaby, à Bourg-en-Bresse, et les expédier début août, juste à temps pour profiter des délices des baignades estivales.

Si le premier pallier de pré-commandes a déjà été rapidement dépassé, pas question de produire en grande quantité pour le moment. "Nous ne sommes pas un business, juste une association à but non-lucratif et nous ne faisons aucun bénéfice. Mais si nous dépassons largement les pré-commandes, pourquoi ne pas créer d'autres vêtements adaptés aux Amazones ?", se prend à rêver la co-fondatrice.

Et pour donner encore plus d'ampleur à l'initiative et offrir toujours plus de visibilité à ces guerrières oubliées, une nouvelle baignade collective devrait être bientôt organisée, dès que les conditions sanitaires seront réunies. En ligne de mire : prôner "la liberté d'être soi et montrer qu'avec un, deux ou zéro sein, on reste des femmes."