"Je suis célibataire et j'ai choisi de faire deux enfants par PMA"

Mère célibataire avec deux enfants
Mère célibataire avec deux enfants
Le projet de loi bioéthique est examiné depuis le 24 septembre devant l'Assemblée nationale. A cette occasion, nous avons voulu donner la parole aux premières concernées. A ces femmes et à ces couples de lesbiennes dont la parole se trouve trop souvent confisquée. Aujourd'hui, Marianne, mère célibataire de deux enfants nés d'une PMA, nous raconte son parcours.
A lire aussi

Marianne est maman de deux enfants, Charlie 3 ans et demi et Lou, 18 mois. Deux enfants qu'elle a choisi de faire toute seule, en passant par un parcours de procréation médicalement assistée en Espagne à l'âge de 33 ans. Un choix qui a inévitablement questionné autour d'elle. "Les gens me disaient : 'Mais tu vas trouver un homme, tu verras, ça sera mieux'. J'avais derrière moi une vie affective et des expériences qui m'avaient montré qu'il n'y avait pas pour l'heure une personne avec laquelle je pouvais potentiellement construire une famille. Et le souhait d'être mère était trop fort."


Afin de concrétiser ce projet de maternité, la Toulousaine avait d'abord envisagé l'adoption, "mais je savais qu'il était très compliqué d'adopter pour une femme célibataire de pouvoir prétendre à accueillir un enfant". Elle tente alors de grappiller des renseignements sur des forums dédiés aux mères célibataires, mais sa demande rencontre une forme d'hostilité. "Cela les renvoyait à leur propre histoire qui est douloureuse. Elles n'étaient souvent pas célibataires par choix. Quand une jeune femme arrive en disant qu'elle veut faire un enfant toute seule, elles peuvent mal le vivre..."

Marianne tranche et prend la décision d'élargir ses options : "Je me suis dit qu'il fallait que je voie s'il était possible de devenir mère d'une autre manière. Je ne savais pas que c'était possible d'avoir accès à un parcours de PMA." Et c'est finalement auprès d'une association de familles homoparentales que la jeune femme trouvera une oreille bienveillante et un véritable soutien dans sa démarche. Armée de toutes ces informations, elle se rendra à San Sebastian, en Espagne. Car à l'époque, la France ne lui permet pas d'avoir accès à la PMA, exclusivement réservée aux couples hétéros mariés, pacsés ou en concubinage depuis 2 ans. Dans la clinique qui la reçoit, petit coup de pression supplémentaire : elle découvre que sa réserve ovarienne est très faible. "En France, j'aurais pu avoir un parcours de FIV. Sauf que ce n'est pas possible car ce n'est réservé qu'aux femmes qui ont un compagnon. Et on m'a dit de ne pas perdre de temps."

Marianne fait donc une insémination artificielle. Le donneur de sperme est anonyme. "Cela a marché du premier coup. Une grosse surprise et une immense joie". La grossesse de Marianne suscite des interrogations, mais "pas de jugement", assure-t-elle. "A part une personne qui m'a dit : 'C'est dégueulasse ce que tu as fait' ou encore un médecin supposé m'accompagner dans la préparation à la naissance qui m'a balancé : 'Un enfant sans père, ça n'existe pas. Une famille sans père, ça donne des enfants à problèmes'. Les questions récurrentes tournent surtout autour du donneur, "sur ce que je savais de lui, combien cela a coûté (Marianne nous a confié que l'acte en lui-même avait coûté 1700 euros- sans compter les examens médicaux, les frais de transports et d'hébergement- Ndlr)..."

"Je ne veux pas que mes enfants soient discriminés"


Alors que son fils souffle sa première bougie, Marianne prend la décision d'agrandir sa famille. Charlie aura donc une petite soeur, issue d'un autre donneur, anonyme lui aussi. Un bébé une nouvelle fois conçu avec cette petite boule au ventre provoquée par le caractère clandestin de sa démarche. "J'ai super mal vécu de concevoir des enfants en me disant 'C'est mal ce que je fais', de ne rien pouvoir dire... Et puis je n'aime pas trop transgresser la loi donc je ressentais une forme de culpabilité."

Depuis la naissance de Lou, la maman célibataire vit pleinement cette vie à trois. En toute transparence. "Même s'ils sont tout petits, ils savent déjà d'où ils viennent. Ils savent qu'il n'y a pas de papa à la maison, que c'était un monsieur qui a donné la graine et qui a permis que Lou et Charlie soient là. Je leur ai dit que je remerciais beaucoup les messieurs qui avaient permis qu'ils soient là. J'ai insisté là-dessus."


Marianne se voit-elle inclure un homme dans l'équation ? Les choses ne semblent pas figées. "Mais une mère célibataire qui travaille avec deux enfants en bas âge, laissez-moi vous dire que les temps de rencontre sont inexistants !"

Aujourd'hui, elle attend impatiemment le vote définitif de la loi bioéthique : "Je vis très bien mon parcours de PMA. Mais j'aimerais que mes enfants puissent aussi le vivre très bien et qu'à aucun moment, on ne puisse les discriminer dans la façon dont ils ont été conçus. Plus vite la loi passera et plus vite cela sera quelque chose de 'normal', dont on ne viendra pas sans cesse questionner le fond." Et puis par solidarité avec les couples de femmes, bien sûr, qui l'ont toujours soutenue. "Tous les pays autour de la France autorisent la PMA pour toutes. Nos parcours ne sont donc pas déconnants, ce sont des projets de vie cohérents. Devoir se justifier, c'est vraiment compliqué. On ne demande pas sans arrêt à un couple hétéro pourquoi il veut un enfant..."