Une mannequin taille 54 "pornographique" pour Instagram : une styliste dénonce

La marque Petit Patron censuré sur Instagram
La marque Petit Patron censuré sur Instagram
La marque de patron de couture allant du 34 au 56, Petit Patron, s'est faite censurer pour pornographie sur Instagram. Son "délit" ? Une photo présentant une mannequin faisant la taille 54. Une décision incompréhensible et grossophobe pour la styliste.
A lire aussi
Cyber-harcelée à cause de son physique, cette mannequin riposte sur Instagram
News essentielles
Cyber-harcelée à cause de son physique, cette mannequin...

Petit Patron est un blog et une entreprise qui développe des patrons pour coudre ses vêtements soi-même. La marque a été lancée il y a deux ans et demi par Margaux Faes, styliste de 28 ans diplômée de l'école ESMOD à Paris.

Avec cette marque, elle a voulu développer des patrons pour que les personnes qui la suivent puissent se coudre des culottes et des soutiens-gorge, transformables si besoin en maillot de bain.


Le développement de cette gamme lui aura pris 8 mois et les tailles vont du 34 au 56, pour qu'un maximum de femmes puissent utiliser ces créations.


Alors que l'entreprise se développe à grande vitesse, sa fondatrice a décidé de faire appel pour le lancement de sa nouvelle gamme de patrons à un studio professionnel afin de réaliser des photos de mannequins portant ses créations. Des modèles présentant tous les types de morphologie correspondant aux différentes tailles de patrons, dont Emilie qui porterait la taille 54.


Dans une vidéo, la créatrice Margaux Faes explique : "Je suis moi-même ronde, je sais à quel point c'est difficile de s'accepter de s'aimer, alors que tout autour de nous, on nous dit qu'il faut être mince pour être beau. Et quand j'ai proposé le défi à Emilie, elle m'a dit oui, elle l'a relevé. 'Oui ça va m'aider à mieux m'apprécier, j'ai envie d'apprécier mon corps et de m'aimer'. Donc elle a foncé, elle ne s'est jamais démontée, du premier jour jusqu'au jour du shooting. Elle n'a jamais eu peur et a eu ce cran-là."


Une fois ses magnifiques photos de femmes mises en ligne sur les différentes plateformes, Facebook ou Instagram, patatra. Alors que l'on voit juste des femmes en lingerie pour vendre des produits, Instagram a décidé de supprimer l'un des posts pour "pornographie".


La photo mise en cause ? Celle d'Emilie, la mannequin portant une taille de culotte en 54.


Au-dessus du 100D, la gamme ne présente pas de patrons de soutien-gorge, parce qu'elle ne peut pas proposer le modèle avec des baleines pour des raisons de simplicité de réalisation au niveau du patron.


Pour des raisons de pudeur et parce qu'Instagram censure les tétons, la mannequin a donc caché sa poitrine avec ses bras.


Margaux Faes explique que toutes les photos du shooting ne présentent ni sensualité ni sexualité, juste de la bonne humeur. Pourtant, la photo a bel et bien été supprimée. Dans le message que la plateforme a envoyé à Margaux, elle explique : "Elle ne respecte pas nos community guidelines sur nudité et pornographie".

L'image supprimée et le message d'Instagram
L'image supprimée et le message d'Instagram

"Ils ont donc supprimé la totalité du post comptant 7 photos au total. Ce même post qui annonçait la sortie de nos patrons et qui a reçu plus de 3000 likes et 400 commentaires encourageant et soulignant le fait que nous représentons toutes les femmes. Nous étions touchés par vos retours après 8 mois de travail à penser à tous les corps pour rendre toutes les femmes belles", a écrit Margaux Faes sur Instagram.


En début de semaine, le lundi 11 février, rebelote sur le compte Instagram d'une personne reprenant les photos : "Instagram fait clairement preuve de grossophobie puisqu'ils ne touchent pas aux milliers de photos de gros plans sur des culs en strings, aux photos nues d'Emily Ratajkowski alors que ses photos sont clairement explicites. Je suis choquée par ce qui se passe depuis samedi. Parce qu'une femme a un peu de poids, elle est sale et vulgaire ? Et si on porte du 34, tout va bien ? Est-ce normal qu'une femme se sentent agressées et humiliées de la sorte par des mots comme 'pornographie' en se montrant uniquement pour présenter un simple patron de couture ?"


Le 13 février, après de nombreuses protestations, Instagram a finalement remis en ligne la photo : "Instagram s'est excusé hier et a restauré la photo. Nous sommes fières de voir les photos d'Emilie revenir à nos côtés. Nous ne comprenons pas pourquoi seules les photos d'Emilie posaient problème. Nous avons à coeur de vous montrer que nous sommes toutes belles."