Une boutique non genrée ouvre ses portes à Strasbourg

Une boutique non genrée ouvre ses portes à Strasbourg
Une boutique non genrée ouvre ses portes à Strasbourg
Début décembre, une boutique pour enfants non genrée a ouvert ses portes à Strasbourg. Le concept ? Casser les stéréotypes de genre à coup de vêtements et de jouets unisexes.
A lire aussi

Des jouets et des vêtements unisexes, tel est le concept du Joy kids concept store, qui a ouvert ses portes début décembre dernier à Strasbourg. À destination des enfants, la boutique ne propose que des produits non genrés et casse efficacement les stéréotypes de genre, doucement mais sûrement. Aux commandes : l'engagée Joy Fleutot, 27 ans, qui après des études de marketing et de commerce, a voulu bousculer les codes en lançant son commerce.

"On apprenait que pour cibler sa clientèle, il fallait la segmenter en plusieurs cases et ça commençait par le sexe", explique l'entrepreneuse à France Bleu . "Je me suis rendue compte que plus l'âge était bas, plus les stéréotypes étaient grands. Le rose pour les filles et le bleu pour les garçons, que ce soit pour les vêtements ou les jouets, il n'y a que chez les enfants que l'on voit une démarcation aussi importante."

Des jouets qui cassent les stéréotypes

Chez Joy kids concept store, pas de bleu pour les garçons et de rose pour les filles, mais des jouets et des vêtements pour toutes et tous. On y trouve aussi des produits porteurs de messages, comme ce mémory des métiers qui rappelle qu'il n'y pas de jobs pour les filles et de jobs pour les garçons.

"À chaque fois, la paire à trouver sera, par exemple, "un danseur et une danseuse". Cela peut paraître bête mais on a besoin de dire 'tu es un garçon, tu as le droit de devenir danseur, ça existe", explique l'entrepreneuse.

Les conséquences du marketing genré

Le choix des jouets que l'on offre à ses enfants n'est pas sans conséquences et contribue à leur éducation, à l'adulte qu'ils deviendront plus tard. "Si on joue à la poupée, on va développer de l'empathie, s'occuper des autres. Développer son langage aussi, car on lui parle, idem si on joue à la marchande. Alors qu'en jouant aux pompiers, aux puzzles ou mécano, on va développer des compétences mathématiques, le courage, le dépassement de soi", souligne Joy Fleutot au micro de France Bleu. Des qualités tout aussi "importantes qu'on soit un homme ou une femme, donc un garçon ou une fille", poursuit l'entrepreneuse.

Au-delà des produits non genrés, Joy kids concept store s'inscrit dans une démarche qui se veut éthique et durable. "Ce sont des jouets solides, de qualité, idem pour les vêtements. Comme ils ne sont pas genrés, vous pourrez les conserver pour les petits frères et soeurs. Le marketing actuel vous dit que si vous avez pris un vélo bleu pour votre fils, il faudra ensuite acheter le même vélo en rose pour votre fille. Et c'est aussi ça la conséquence du marketing genré", explique la gérante.

Un concept que l'on ne peut qu'applaudir chaudement et qui, on l'espère, débarquera prochainement dans d'autres villes françaises.