Jugé trop sexiste, un père de famille n'obtient pas la garde de sa fille

Jugé trop sexiste, un père de famille n'obtient pas la garde de sa fille
Jugé trop sexiste, un père de famille n'obtient pas la garde de sa fille
Convaincu que les femmes sont incapables de prendre des décisions "sensées" par elles-mêmes, un père de famille britannique a demandé à obtenir la garde de sa fille de 16 ans pour l'élever selon les valeurs conservatrices chrétiennes. Le juge, qui a jugé sa démarche sexiste et misogyne, a débouté sa requête.
A lire aussi
Les pères sexistes nuisent à la réussite professionnelle de leur fille
papa
Les pères sexistes nuisent à la réussite professionnelle...

C'est une décision de justice qui sonne comme une petite victoire. Dans un article daté du 30 septembre, le Telegraph rapporte la tentative ratée d'un père de famille originaire du comté du Cheshire pour obtenir la garde exclusive de sa fille de 16 ans et ce contre l'avis de cette dernière, qui préférait continuer à vivre avec sa mère.

Chrétien traditionnaliste persuadé que les femmes étaient "incapables de prendre des décisions 'sensées' par elles-mêmes", l'homme s'est donc rendu au tribunal pour convaincre le juge Damien Lochrane de lui accorder la garde de sa fille. Lors de l'audience, il a ainsi expliqué qu'il souhaitait prendre la responsabilité de son éducation, lui apprendre à respecter son héritage paternel et de "s'assurer qu'elle va bien à l'église".

Mais le juge Damien Lochrane en a décidé autrement. Scandalisé par l'"attitude antédiluvienne envers les femmes" du père de famille, le magistrat a débouté sa requête, faisant valoir que ces valeurs sexistes d'un autre âge n'avaient pas leur place dans une cour de justice. Il est "difficile d'imaginer" comment cet homme peut vivre dans la Grande-Bretagne du XXIe siècle en "véhiculant une telle attitude".

Durant l'audience, le juge Lochrane a également affirmé que le père affichait un mépris "arrogant" envers les souhaits de sa fille, qui a clairement indiqué pendant l'audience ne pas vouloir vivre avec lui. Selon le Telegraph, l'adolescente a même écrit une lettre à son père dans laquelle il exprime son angoisse à l'idée de vivre chez lui alors qu'il ne s'était jamais occupé d'elle depuis sa naissance.

Considéré comme "émotionnellement distant" et "tout à fait incapable de répondre aux besoins de sa fille", le père a vu sa demande rejetée par le juge Lochrane, qui lui a fait remarque que porter l'affaire devant une cour de justice "allait clairement contre l'intérêt de l'adolescente".

Selon le magistrat, l'homme était "tout à fait incapable de répondre aux besoins de l'enfant". "Le traumatisme émotionnel que cette enfant subirait devrait, à mon avis, être absolument clair même pour les plus émotionnellement myopes", a-t-il déclaré.