La femme au foyer ? Comment les jeunes perçoivent la place de la femme selon leur religion

Une enquête sur le sentiment religieux chez les collégiens
Une enquête sur le sentiment religieux chez les collégiens
"L'Obs" et France Inter ont publié les principaux enseignements d'une enquête réalisée par le CNRS et Sciences-Po sur l'importance du sentiment religieux chez les jeunes en France. On y découvre notamment la vision très conservatrice de la place de la femme.
A lire aussi

Pour la première fois, une enquête de terrain est consacrée à l'impact de la religion chez les jeunes en France. Révélée en exclusivité par L'Obs en partenariat avec France Inter, cette étude de terrain a été mandatée par le CNRS et Sciences-Po. 9000 collégiens en classe de 5ème, 4ème et 3ème des Bouches-du-Rhône ont été interrogés entres les mois d'avril et de juin 2015 au sujet de leur rapport à la religion. Le but de cette étude ? Mesurer comment le sentiment religieux influence leur vision de la société.

Le premier enseignement de cette étude est que l'intensité du sentiment religieux varie selon la confession. 83% des adolescents qui se sont déclarés musulmans, 22% des catholiques et 40% des autres confessions estiment que la religion occupe une place importante dans leur vie. Une religiosité par ailleurs en forte augmentation par rapport à 2008, date de l'étude "Trajectoires et origines" réalisée par l'Insee et l'Ined. 49% des musulmans et 9% des catholiques revendiquaient à l'époque une forte religiosité.

En outre, cette étude démontre que plus on est religieux, plus on est conservateur. Ainsi les chiffres révèlent que les jeunes les plus animés d'un sentiment religieux sont les plus enclins à remettre en cause l'égalité entre les hommes et les femmes, par exemple. D'après les résultats de cette enquête, 41% des élèves musulmans interrogés et 29% des catholiques estiment que "la femme est avant tout faite pour concevoir des enfants et les élever". Les jeunes athées sont 16% à être de cet avis.

En ce qui concerne la reconnaissance des droits des homosexuels, 47% des musulmans et 23% des catholiques les plus fervents estiment que les homosexuels ne sont pas "des gens comme les autres". En 2014, les polémiques autour du prétendu enseignement des théories du genre à l'école et le boycott lancé par la militante Farida Belghoul contre les ABCD de l'égalité, avait révélé au grand jour la méfiance d'un grand nombre de familles catholiques mais également musulmanes à l'égard de l'Education nationale.