Meghan Markle met en avant 15 femmes inspirantes dans le "Vogue UK"

Le numéro de septembre du "Vogue" british est supervisé par Meghan Markle.
Le numéro de septembre du "Vogue" british est supervisé par Meghan Markle.
Greta Thunberg, Jane Fonda, Salma Hayek, Adwoa Aboah, Laverne Cox... Les noms prestigieux ne manquent pas au sein de ce numéro unique du magazine "Vogue", supervisé par une singulière invitée : la duchesse de Sussex en personne.
A lire aussi

Ce sont des visages fiers qui s'affichent sur la Une en noir & blanc du dernier Vogue british. Ceux de la militante écologiste Greta Thunberg et de la légendaire comédienne Jane Fonda, de l'actrice Laverne Cox (Orange Is the New Black) et de l'autrice et activiste Sinéad Burke (dont vous devez voir la conférence Ted X : "Pourquoi le design devrait-il inclure tout le monde"). Toutes bénéficient du regard de Peter Lindbergh, photographe historique de la revue. En tout, ce sont quinze femmes inspirantes qui se voient mise à l'honneur dans ce numéro de septembre, sous l'impulsion de celle qui en est la rédactrice en chef invitée : Meghan Markle.

Au coeur du projet, un slogan : "Forces for change". Un titre qui rappelle les slogans d'investiture de Barack Obama, dont le fameux "Change We Can Believe In". Pas de hasard, puisque c'est l'ancienne Première dame des États-Unis, Michelle Obama, qui se voit interviewée au sein de ces pages au papier glacé.

Pensée en compagnie du rédacteur en chef Edward Enninful, cette revue plutôt collector a exigé sept mois de travail. Une façon bien pensée de traduire les idéaux et convictions de la Duchesse du Sussex.

Sororité et inclusion

"Avoir l'invitée la plus influente du pays est un honneur. Comme vous pourrez le constater à travers ses sélections, Meghan Markle explore des domaines complexes et nuancés, qu'il s'agisse de l'autonomie des femmes, de la santé mentale, des questions de race et de privilèges", s'est réjouit le rédacteur en chef du magazine. Et on veut bien le croire, lorsqu'au sommaire s'alignent des focus sur la mannequin australo-soudanaise (et ancienne réfugiée) Adut Akech et la Première ministre de la Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern, l'actrice et activiste body positive Jameela Jamil et l'iconique primatologue Dr Jane Goodall - que les fans de Gorilles dans la brume connaissent déjà par coeur. Comme une ode à la sororité qui traverserait les générations. Et tend à valoriser celles qui, en 2019, incarnent un nouveau souffle - militant, féminin, féministe. Quitte à en défriser certains.

Et Meghan Markle alors ? L'Instagram de la Duchesse nous en dit davantage sur ses intentions : proposer des entretiens "exclusifs" et des gros plans sur "les incroyables pionnières qui travaillent sans relâche dans l'ombre pour améliorer le monde".

Au sein de ce que Meghan Markle décrit comme "une opportunité formidable", ce beau symbole : l'une des cases qui constituent cette Une-mosaïque est curieusement vide. Ou plus précisément, elle est d'un gris métallique. En vérité, elle représente un miroir. Et a pour but de nous dire que l'autre personnalité "de l'ombre" qui compte, c'est nous, c'est vous. Chacun·e peut intégrer ce collectif. Mais Meghan Markle, elle, a préféré ne pas figurer sur cette Une. "Elle s'est dit que ce serait en quelque sorte de la 'vantardise", nous explique Edward Enninful. Une humilité qui, à l'instar des quinze icônes mises en avant, force elle aussi l'admiration.

 

Et pour les plus curieux·ses, voici les quinze femmes inspirantes en question :

  • Les mannequins Adwoa Aboah et Adut Akech.
  • La boxeuse Ramla Ali.
  • La Première ministre de la Nouvelle Zélande Jacinda Ardern.
  • L'écrivaine et activiste Sinéad Burke.
  • Les comédiennes Gemma Chan, Laverne Cox, Jane Fonda et Salma Hayek.
  • La danseuse Francesca Hayward, du Royal Ballet (Covent Garden).
  • L'actrice et présentatrice Jameela Jamil.
  • L'autrice Chimamanda Ngozi Adichie.
  • L'actrice et mannequin Yara Shahidi.
  • L'activiste écologiste Greta Thunberg.
  • La top modèle Christy Turlington.