Le "Motherhood Challenge", le défi photo moins inoffensif qu'il en a l'air

Une maman se prend en photo avec sa fille
2 photos
Lancer le diaporama
Le "Motherhood Challenge", destiné aux mères fières et heureuses de l'être sur Facebook fait grincer des dents sur la Toile. Explication.
A lire aussi

Un nouveau challenge a fait son apparition sur Facebook ces derniers jours : le "Motherhood Challenge". A la différence des défis visant à sensibiliser l'opinion publique à une maladie ou une cause, celui-ci n'a pas de réel but, en dehors de la glorification des mamans.

Le principe est simple : il s'agit de poster sur la plateforme sociale une ou des photos illustrant la maternité et de taguer les personnes de son entourage qu'on estime être de "bonnes mères". D'apparence inoffensif, ce challenge, qui s'est répandu comme une traînée de poudre sur Facebook, n'est cependant pas du goût de toute le monde.

"Cette manière de se mettre en avant et de taguer les autres semble avoir fait ressortir les pires aspects de la maternité telle qu'elle est présentée sur les réseaux sociaux. Personne ne pense à ce que ça peut faire de ne pas être taguée par une amie, qu'on soit maman ou non d'ailleurs, ni à ce qu'éprouvent celles, parmi ces amis Facebook, qui n'ont pas d'enfants, en voyant leur fil d'actualité encore plus submergé de photos mignonnes d'enfants et de mamans que d'habitude", explique ainsi la fondatrice de Gateway Women, un réseau de soutien pour les femmes sans enfants au site Mashable.

D'autres ont préféré tourner en ridicule cette initiative, comme cette humoriste qui a posté des photos d'elle en train de dormir en serrant une bouteille de vin. Son post, baptisé "Non-Motherhood Challenge" a recueilli plus de 100 000 likes sur Facebook.

Le post d'Ellie Taylor sur Facebook
Le post d'Ellie Taylor sur Facebook

En dehors du fait que ce challenge (qui n'en est pas un, vraiment) laisse cruellement de côté les femmes sans enfants, cette initiative pose problème car elle contribue à entretenir une forme de culte autour du statut de la mère et en alimentant le mythe de la mère parfaite.

Dans une tribune amusante publiée sur le site du Guardian contre ce phénomène, la journaliste Flic Everett écrit ainsi : "Les deux guerres mondiales, en contraignant les femmes à travailler, l'arrivée de la pilule et les combats pour l'égalité dans la dernière moitié du 20ème siècle ont eu pour effet de diminuer la glorification de la maternité. Jusqu'à ce qu'Internet et la "maman blogueuse" arrivent. Désormais, n'importe quelle bio sur Twitter mentionne la "fierté d'être maman" et on trouve à chaque coin de rue une maman entrepreneuse qui, n'ayant pas trouvé de couverture assez douce pour le lit de son enfant, en a fabriqué avec de la fourrure d'opossum et est passé dans l'émission Dragon's Den consacrée aux chefs d'entreprise."

Le ton ironique de cette charge contre la glorification à outrance des mères illustrée par le "Motherhood Challenge" ne doit pas dissimuler le sérieux de l'argumentation de son auteure. De fait, présenter la maternité comme un "défi" que seules celles qui ont des enfants peuvent comprendre a quelque chose de dérangeant. Sans parler du côté de mensonger de cette initiative qui tend à ne montrer que les bons aspects de la maternité en laissant de côté les moments difficiles.

Il y a en outre un petit côté "club très sélect des mamans parfaites" assez insupportable dans le fait que chaque maman soit incitée à désigner les autres "bonnes mères" dans son entourage, comme si les enfants n'étaient pas les seuls juges en la matière. Et si on arrêtait de de trouver de nouveaux moyens de comparer les femmes entre elles ?