A Trappes, une école mise sur la pédagogie bienveillante

Une école primaire enseigne la bienveillance à Trappes
Une école primaire enseigne la bienveillance à Trappes
Cette école de Trappes, dans le département des Yvelines, a ajouté "l'empathie" comme matière enseignée dans ses classes. Une initiative bienveillante qui semble porter ses fruits.
A lire aussi

Déjà enseignés dans les écoles danoises pour aider les enfants à être plus épanouis (le Danemark est d'ailleurs régulièrement élu "pays le plus heureux de la planète"), les cours d'empathie débarquent en France.

C'est à Trappes, dans les Yvelines, qu'une école classée zone d'éducation prioritaire (ZEP) joue les précurseurs en injectant de la bienveillance dans ses classes de primaire depuis maintenant trois ans. On y prône l'empathie, l'écoute réciproque, la compréhension, l'entraide et l'acceptation de ses propres émotions. Un enseignement pédagogique qui semble porter ses fruits comme en atteste un reportage des équipes de France 3.

Une école française opte pour une pédagogie bienveillante

Dans cette classe a priori comme les autres, les enfants peuvent s'entraider sans que la maîtresse ne se fâche, au contraire. Les élèves corrigent également eux-mêmes la dictée, validée in fine par l'institutrice. Autre particularité, la présence d'un "mur des humeurs", sorte de défouloir où les écoliers peuvent aller afficher leurs émotions à tout moment de la journée. Une chaise des émotions est également présente et sur laquelle tous peuvent venir s'asseoir pour mettre sur papier les sentiments qui les traversent. "Cela me permet d'écrire ce que je pense et de me calmer" confie l'une des élèves.

Enfin, lorsqu'un conflit éclate, on s'explique, on se pardonne et on se quitte en bons amis. "Cela évite qu'ils [les enfants] se tapent. Lorsque l'on se parle et que l'on se dit ce qui ne va pas, du coup ce n'est pas le corps qui parle", note la directrice.

Selon Bertrand Jarry, CPE et formateur d'éducation prioritaire, à l'origine de la mise en place de l'expérimentation dans cette école, les résultats n'auraient pas tardé à se manifester : "Cela augmente leur efficacité cognitive, notamment en terme de mémorisation mais aussi de vocabulaire (...), leur capacité à verbaliser, à oraliser, à débattre et à argumenter", constate-t-il.

Alors, à quand des cours d'empathie dans toutes les écoles de France ? Très bientôt, on espère !