Véronique Genest et son poids : "J'aurais voulu être une brindille"

Heureuse grand-mère d'une adorable petite Alex, Véronique Genest est plus en forme que jamais. Dans les colonnes de "Gala", elle revient notamment sur sa vision de la beauté.
A lire aussi

Habituée des dérapages dans les médias, grande gueule quand il le faut, et surtout toujours débordante d'énergie, Véronique Genest est récemment devenue grand-mère grâce à la fille de son mari. Une naissance très importante pour celle qui devient grand-mère pour la première fois, mais ne veut surtout pas être appelée "mémé" ou "mamie".

Bien dans son corps

Si plus jeune Véronique Genest aurait parfois aimé être différente, plus fine et plus féminine, aujourd'hui elle s'assume totalement telle qu'elle est, comme elle le confie à Gala :

"Je me trouvais un peu grosse, c'est vrai, mais pas vilaine. Je me suis longtemps comportée comme un garçon, j ne me suis maquillée que lorsque j'ai commencé à tourner, jamais avant (...) J'aurais voulu être une brindille, une sorte de Twiggy et, à l'inverse, j'étais ce que les hommes aiment : gironde, avec des seins, de la taille et des fesses ! J'étais plus un Renoir qu'un dessin de Kiraz, quoi ! (...) Très jeune, j'ai eu conscience que la beauté était très éphémère."

Comblée par ses rôles au théâtre et sa vie de famille, Véronique Genest avoue qu'elle a désormais particulièrement hâte que son fils Sam devienne à son tour papa et vienne agrandir la famille encore un peu plus. Mais ce n'est pas pour tout de suite puisque le jeune homme n'a pas encore 20 ans et des préoccupations de son âge.

Les dossiers