Film : «We want sex equality », une comédie sociale et instructive

Film :  «We want sex equality », une comédie sociale et instructive
Film : «We want sex equality », une comédie sociale et instructive
Quand Nigel Cole met en scène le combat des femmes pour l’égalité des genres, le résultat est « We want sex equality », une comédie sociale sympathique et instructive, aujourd’hui dans les salles.
A lire aussi
"Si on doit faire un film pour parler de la GPA, c'est notre histoire qu'il faut raconter"
News essentielles
"Si on doit faire un film pour parler de la GPA, c'est...

Alors que l’on célébrait hier le 100e anniversaire de la Journée Internationale de la Femme, sort aujourd’hui dans les salles obscures « We want sex equality », une comédie sociale britannique retraçant une des nombreuses luttes des femmes pour plus d’égalité entre les sexes.
Réalisé par Nigel Cole, le film raconte comment, au printemps 1968, les ouvrières de l’usine Ford de Dagenham, dans l’Essex (Angleterre) ont obtenu une réévaluation de leur salaire. En large minorité dans l’entreprise, qui ne compte alors que 183 femmes pour des milliers d’hommes, les Dagenham Girls vont, à la surprise générale, entamer une grève de plusieurs semaines, obligeant le constructeur automobile à cesser toute activité. Et pour cause, chargées de l’assemblage et de la couture des sièges, une tâche qualifiée, les femmes perçoivent toutefois un salaire de 15 % inférieur à celui des hommes les moins qualifiés de l’usine.
Emmenées par une Rita O’Grady (Sally Hawkins) pour qui cette situation a assez duré, mais lâchées par leur syndicat, elles iront malgré tout jusqu’à Londres pour manifester sous les fenêtres de Barbara Castle (Miranda Richardson), alors secrétaire d’état à l’Emploi et à la Productivité.

We want sex equality, dès aujourd’hui dans les salles, avec Sally Hawkins, Bob Hoskins, Rosamund Pike.

Voir la bande-annonce

VOIR AUSSI

« Vents de sable, Femmes de roc » : Interview Nathalie Borgers
« Les Femmes du 6ème étage », de Philippe Le Guay
« Contre toi », l’interview de Lola Doillon

Dans l'actu