Tarif social de l'Internet à 23 euros : l'UFC-Que Choisir monte au créneau

Tarif social de l'Internet à 23 euros : l'UFC-Que Choisir monte au créneau
Tarif social de l'Internet à 23 euros : l'UFC-Que Choisir monte au créneau
Dans cette photo : Eric Besson
Après l'annonce du ministre de l’Industrie, Eric Besson, sur la mise en place un tarif social de 23 euros pour un accès à Internet, l’Union Fédérale des Consommateurs (UFC) a exprimé son mécontentement dans un communiqué publié mercredi. Edouard Barreiro, directeur adjoint du département d’études à l’UFC – Que Choisir, estime qu'une telle offre n'aidera en rien les plus démunis. Explications.
A lire aussi
Festival de Cannes : critiquée à cause de sa robe, la journaliste Laura Tenoudji monte au créneau
cinéma
Festival de Cannes : critiquée à cause de sa robe, la...

Terrafemina : Pourquoi jugez-vous cette proposition insuffisante ?

Edouard Barreiro : D’une part, il existe déjà des offres moins chères sur le marché. Alice propose par exemple un accès Internet et téléphone illimité pour 20 euros par mois, et pour 22,99 euros, les abonnés ont la télévision en plus. D'autre part, cette offre est encore nettement trop chère pour les foyers pauvres. Il y a une vraie fracture numérique en France.

TF : Justement, combien de foyers sont concernés par cette offre sociale ?

E.B. : Actuellement, deux millions de personnes peuvent prétendre à une telle offre. Ce sont principalement les personnes percevant le RSA, l'allocation de solidarité spécifique (ASS ou AAH pour les adultes handicapés) et les invalides de guerre. Pour l’instant, on compte environ 250 000 demandeurs. Pour bien faire, il faudrait qu’ils aient accès à des offres ne dépassant pas les 10 euros.

TF : Comment arrive-t-on à une offre à 10 euros ?

E.D. : C’est en réalité très simple. Admettons que l'opérateur propose une offre à 20 euros. Ensuite le Fonds de service universel (fonds permettant de financer la réduction tarifaire fixée par le ministre chargé des communications électroniques), auquel contribue chaque opérateur, reverserait une subvention de 10 euros, ce qui reviendrait à payer la moitié du prix proposé par l'opérateur.

TF : Mais cette subvention n’existe pas encore ?

E.B. : Elle existe, mais seulement pour un abonnement au téléphone fixe. Elle est de 6,50 euros. Ce qui est donc discriminatoire et incompréhensible, puisque toutes les offres d’accès à Internet proposent également le téléphone fixe. Du coup, si on applique cette réduction à l'offre de 23 euros d'Eric Besson, il reste 16,50 euros à payer pour l'abonné.

TF : Y aurait-il un coût important pour les opérateurs, qui payent déjà environ 9 euros à France Télécoms pour être acheminés jusqu’aux foyers ?

E.B. : Il serait dérisoire. Si ce système était mis en place pour Internet, le Fonds de service universel représenterait, pour chaque opérateur, moins de 1% de leur chiffre d’affaire fixe. En sachant que l'Etat ne dépense rien dans cette histoire. En ce qui concerne les 9 euros pour France Télécoms, les opérateurs les payaient déjà avant.


La signature de la convention pour un tarif social à 23 euros doit avoir lieu le 13 septembre. Il s'agit d'un accord entre le gouvernement et les opérateurs. L'UFC - Que Choisir estime que cette réunion devrait se dérouler en présence des associations de consommateurs, ainsi que du régulateur des télécoms, « pour qu'une vraie offre Internet voit, enfin, le jour ».


Nicolas Pouilley

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Le tarif social de l’Internet fixé à 23 euros par mois
La fin de l’Internet illimité n’aura pas lieu

L'INFO DES MEMBRES

Free sème la panique chez les concurrents avec son offre tout illimité