Retour de WikiLeaks : les citoyens espionnés par leurs gouvernements

WikiLeaks a annoncé hier la reprise de ses publications, qui avaient été suspendues en octobre pour des raisons budgétaires. Les nouvelles révélations concernent l'espionnage des citoyens par leurs propres gouvernements. En effet, l'industrie de surveillance aurait traité avec des démocraties, mais aussi avec des dictatures, pour leur fournir du matériel d'espionnage.
A lire aussi


Le plus important révélateur de scandales politiques est de retour. WikiLeaks a en effet annoncé hier la reprise de ses publications, qui étaient suspendues depuis octobre pour des raisons budgétaires. Et pour bien revenir sur le devant de la scène, rien de mieux qu’une toute nouvelle révélation. Il s’agit de documents montrant comment les gouvernements ont espionné leurs citoyens, grâce à des liens étroits avec les grands industriels de surveillance. Les nouveaux dossiers de WikiLeaks, plus de 287 au total, proviennent de 160 groupes de 25 pays spécialisés dans la surveillance et l’interception des télécommunications.

Téléphones mobiles, comptes de messagerie, Internet… Tout y passe, et tout le monde y passe. En effet, d’après le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, l’industrie de surveillance vendrait « aussi bien ses équipements aux démocraties qu'aux dictatures pour espionner des populations entières ». La France n’échappe pas à ces révélations, puisque le site Owni a publié, en partenariat avec WikiLeaks, près de 1 100 documents provenant d’industriels, dont huit sont basés en France. L’un d’entre eux, nommé Amesys, a vendu des équipements d’espionnage au régime de l’ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi. Amesys a répondu au site en français en disant que le groupe est « un fabricant de matériel » et que « l’utilisation du matériel vendu est assurée exclusivement par ses clients ».

Les documents publiés par WikiLeaks comprennent également des manuels de surveillance vendus dans le passé à des régimes autoritaires du monde arabe comme la Syrie, la Libye, la Tunisie et l'Egypte. Selon Julian Assange, l'industrie de la surveillance et de l'interception des communications a dépassé le cercle fermé de clients dans le renseignement, comme la CIA ou le MI6, pour s’étendre à un réseau mondial.

Un monde sous surveillance – Par WikiLeaks
La carte d’un monde espionné

Nicolas Pouilley

(Source : AFP et owni.fr)
Crédit photo : AFP/Archives

VOIR AUSSI

Etats-Unis : un décret d’Obama pour contrer WikiLeaks
Les nouvelles révélations de WikiLeaks embarrassent les Etats-Unis
WikiLeaks : que cache le mystérieux fichier crypté ?
WikiLeaks dévoile l’identité d’informateurs américains
WikiLeaks, le destin d’un hacker
Comment WikiLeaks créé la polémique ?