Rentrée littéraire 2012 : Stéphane Zagdanski, « Chaos brûlant » (vidéo)

Rentrée littéraire 2012 : Stéphane Zagdanski, « Chaos brûlant » (vidéo)
Rentrée littéraire 2012 : Stéphane Zagdanski, « Chaos brûlant » (vidéo)
Dans cette photo : Dominique Strauss-Kahn
Dans « Chaos brûlant » (Éd du Seuil), Stéphane Zagdanski s'empare de l'affaire DSK-Sofitel et signe « une chronique de la démesure sexuelle, médiatique, politique et financière du monde moderne ». Interview.
A lire aussi


L’affaire du Sofitel… Depuis le printemps 2011, le scandale qui a ruiné la fin de carrière de l’ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn fait les choux gras de la presse, inspire le cinéma et la littérature. Le 23 août paraîtra « Chaos brûlant » de Stéphane Zagdanski. Un roman qui tient son titre d’une phrase de Nietzsche tirée de la volonté de puissance : « La civilisation n’est qu’une mince pellicule au-dessus d’un chaos brûlant » et dans lequel l’auteur s’empare du personnage et du scandale qui naquit dans la suite 2806 du Sofitel de New York.

Un point de départ sulfureux pour un roman en forme de réflexion sur la folie sous tous ses aspects. Folie du narrateur d’abord - un schizophrène qui, du Manhattan Psychiatric Center où il est interné, devise avec ses amis, tout aussi psychotiques. Folie sexuelle d’un homme ensuite et folie globalisée d’un système de communication et de médias et d’un « système économique qui domine et ravage le monde », explique l’auteur dans une vidéo disponible sur le site du Seuil. « Chaos brûlant » est le roman d’une démence universelle dont l’affaire DSK n’est que le révélateur.


Découvrez l'interview de Stéphane Zagdanski qui évoque «
la démence » de DSK.

Découvrez également tous les conseils de lecture de notre partenaire Myboox et la sélection de la rédaction de Terrafemina dans notre dossier spécial Rentrée littéraire 2012.


Extrait de «
Chaos brûlant »

Vous tenez absolument à mettre un mot sur mon ineffabilité ? Disons que, si je ne suis pas le Système, j’incarne sa Perturbation. Je n’épargne rien ni personne. Aucune organisation n’échappe à mes saccades, aucune société n’est à l’abri de mes impromptus, aucun plan ne me contrecarre, aucun complot ne m’exclut, aucune stratégie ne m’évite, aucune destinée ne se dérobe. Pour le formuler dans les termes de l’ancienne théologie, si les voies du Seigneur sont impénétrables, je suis la substance de cette impénétrabilité. On est loin de la figure classique de celui que leurs superstitions archaïques ont nommé «le Diable». Il serait plus juste de me comparer au grain de sable qui fait dérailler les rouages des plus puissantes machinations...

VOIR AUSSI

Rentrée littéraire 2012 : Marie Edith Cypris, « Mémoires d'une transsexuelle »
Rentrée littéraire 2012 : un cru de romans sombres

Rentrée littéraire : François Hollande et Valérie Trierweiler stars de 7 livres
Rentrée littéraire 2012 : Nathalie Démoulin, « La Grande bleue »
Rentrée littéraire 2012 : Marianne Rubinstein, « Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel »

Plus d'actu sur : Rentrée littéraire 2012

"Le monde était à nous" de Closets : quand Sartre a refusé le Nobel - vidéo
"Dans le harem de Kadhafi", l'enquête fascinante d'Annick Cojean - vidéo
Rentrée littéraire : "Tigre, tigre !" de Margaux Fragoso