« Frères et sœurs, ce que je voudrais te dire... », des soeurs Massenet

« Frères et sœurs, ce que je voudrais te dire... », des soeurs Massenet
« Frères et sœurs, ce que je voudrais te dire... », des soeurs Massenet
Dans cette photo : Emmanuelle Béart
Après les relations mères, filles et mères, fils, les sœurs Massenet interrogent les liens fraternels dans « Frères et sœurs, ce que je voudrais te dire... », aux Editions de la Martinière. Des frères Beigbeder, Clerc aux sœurs Testud ou Viard, on embarque avec plaisir dans ces destins croisés, en se rappelant notre propre histoire.
A lire aussi
Avoir des frères et soeurs est un tremplin dans la vie
News essentielles
Avoir des frères et soeurs est un tremplin dans la vie

Terrafemina : Après les relations mères, filles et mères, fils, vous mettez en lumière la force et la puissance des liens fraternels. Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans ces témoignages ?

Béatrice Massenet : Ce qu’on essaye de faire, ce sont des entretiens qui résonnent auprès de tout le monde. N’importe quelle personne qui a un frère ou une sœur peut retrouver un bout de sa propre histoire en lisant ces témoignages. Evidemment il y a des gens dont on ne soupçonnait pas la force des liens, par exemple la famille Béart. Emmanuelle Béart a une image assez glacée, hautaine ; on n’imaginait pas ce qu’elle avait vécu pendant son enfance, ni qu’elle ait des liens si forts avec ses frères. On pensait vraiment qu’elle se livrerait moins, Or elle s’est montrée sous un jour sous lequel on ne l’avait jamais vu. C’est quelqu’un de gai, de joyeux, avec ses frères il y a une vraie complicité ; ils se chamaillent, la mettent en boîte.  

TF: Certains sont bavards, d’autres plus sur la réserve. Les femmes sont-elles plus douées pour la confidence ?

B.M. : La pudeur existe beaucoup chez les hommes. Les femmes sont plus extraverties, elles font l’analyse des sentiments, elles savent la traduire avec des mots. Ce n’est pas tant qu’elles sont plus proches mais qu’elles l’expriment. Avec les garçons la conversation a été plus compliquée. Les frères Beigbeder par exemple : Frédéric a écrit un livre sur l’histoire de sa famille où il parle évidemment de son frère, on pouvait supposer que c’était non seulement quelque chose qui l’intéressait mais qu’il avait des choses précises à dire. Pourtant dès qu’on a parlé de sentiments, les deux frères ont une sorte de pudeur incroyable. C’est ce qui nous intéressait, faire réagir des frères et sœurs ensemble. Si on les avait interrogés séparément, ils n’auraient certainement pas choisi mêmes mots.


TF : En lisant ces témoignages, on a aussi le sentiment que ce sont les épreuves qui renforcent les relations comme pour les sœurs Dati, Bonnaire ou Richard Berry et sa sœur Marie.

B.M. : Certainement, vous savez il y a très peu de moments dans la vie où l’on peut s’arrêter pour réfléchir aux liens familiaux, parce que pour tout le monde, c’est une espèce d’évidence. Parfois c’est lors d’un deuil, d’une naissance, éventuellement d’un mariage. Tous les frères et sœurs que nous avons rencontrés se sont posé ces questions-là lors de ces événements. Et ils souhaitaient pousser l’introspection un peu plus loin. Après ces épreuves, ils ont pris conscience de leurs liens, de l’importance de la famille et des repères qu’il faut avoir.

TF : Des frères et sœurs ont-ils refusé de témoigner et pour quelles raisons ?

B.M. : Beaucoup ont refusé par manque de temps ou parce qu’ils ne voyaient pas l’intérêt. Bizarrement, souvent les personnes connues étaient d’accord et leur frère ou sœur n’avait pas envie de le faire. Effectivement, peut-être que dans ces cas-là il y a une rivalité, une espèce de jalousie, qui n’est pas digérée, encore tenace et présente. Et puis vous savez, comme on ne prend personne en promo, il faut vraiment que l’envie vienne d’eux. C’est une proposition, après ils ont tout à fait la latitude pour refuser ou accepter.

TF : Et à quand un livre sur les pères ?

B.M. : Trop difficile. On a essayé avec des gens assez différents mais ça ne marche pas. Les pères sont en admiration devant leur fille, ils n’arrivent pas à raconter des choses personnelles de leur vie d’homme devant elle donc la conversation reste assez banal. Père, fils, vous imaginez que c’est encore plus difficile. Les hommes ont du mal à s’exprimer, ils ne nous font pas rentrer dans une réelle intimité.

VOIR AUSSI

Frères et soeurs : pour le meilleur et pour le pire

Avoir une sœur, la clé du bonheur
Noël dans la maison familiale : bonne ou mauvaise idée ?
Noël en famille, plaisir ou supplice ?