Interview de Katherine Pancol : que se passera-t-il après la trilogie ?

Interview de Katherine Pancol : que se passera-t-il après la trilogie ?
Interview de Katherine Pancol : que se passera-t-il après la trilogie ?
Dans cette photo : Marc Lévy
Elle côtoie Marc Levy et Guillaume Musso dans le top 3 des meilleures ventes de livres. Abonnée aux best-sellers, Katherine Pancol n'a pas l'habitude de décevoir ses fans et travaille déjà sur son nouveau roman. En attendant, « Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi » rejoint les tortues et les crocodiles dans la célèbre trilogie et sort ce mois-ci au Livre de Poche. Interview.
A lire aussi
Meghan Markle : féministe jusqu'à l'autel, mais après ?
News essentielles
Meghan Markle : féministe jusqu'à l'autel, mais après ?

Terrafemina : Parmi la pléiade de personnages principaux ou secondaires de la trilogie, lequel a votre préférence ?

Katherine Pancol : Je les aime tous. Même Henriette ! Je m’identifie à eux, me glisse sous leur peau. Chacun existe et j’ai l’impression d’endosser leurs habits, leurs humeurs, de devenir eux chaque fois que je les mets en scène, chaque fois qu’ils prennent la parole... J’ai un immense amour pour chacun d’eux. Vraiment.

TF : Votre personnage principal est souvent une femme. Pourriez-vous ou avez-vous déjà écrit au masculin ?

K. P. : Oui... Dans « Et monter lentement dans un immense amour », il y a Mann, un personnage masculin qui occupe autant de place qu’Angelina, mon héroïne. « Vu de l’extérieur » raconte une même histoire vue par plusieurs personnages ; il y a deux personnages masculins qui parlent à la première personne. Dans « Un homme à distance », un homme prend toute la place, et dans « Embrassez-moi », il y a Matthias, un homme fort, très fort, face à mon héroïne toute en tremblements...

TF : Vous dites souvent que vous avez fait le tour de ces personnages, et pourtant les lecteurs rêvent d’un quatrième tome. Etes-vous sûre de ne pas « replonger » ?

K. P. : Je ne sais jamais ce que je vais écrire, et quand je prétends savoir, je me trompe toujours ! L’histoire vient par hasard, se construit toute seule dans ma tête pendant un an environ, il y a des morceaux de puzzle qui tombent, je les récupère, je les range soigneusement dans un coin. J’ignore tout de l’histoire jusqu’à ce que la première scène, la première phrase ne s’impose. Et ça, ce n’est pas moi qui le décide non plus ! Je ne décide rien en fait... L’histoire s’écrit sans moi et je suis scribe. L’histoire se joue et je suis actrice.

TF : Vous aimez les histoires d’amour. Pensez-vous que la littérature actuelle manque de ces « immenses amours » dont le public féminin raffole quoi qu’il puisse parfois s’en défendre ?

K. P. : J’ai grandi en lisant des romans anglo-saxons qui parlaient de tout : de la société, de l’amour, des rapports de force, de Edith Wharton à Jane Austen en passant par Saki, Rosamond Lehman, Trollope, Elisabeth Taylor, Somerset Maugham, Carson McCullers, Flannery O’Connor, Salinger, Faulkner, Caldwell, etc. J’aime quand le roman brasse la vie, toutes les histoires de la vie.

TF : Vous entretenez un rapport étroit avec vos lecteurs, que vous invitez à vous écrire sur votre blog. Internet a-t-il encore resserré ces liens ?

K. P. : Depuis qu’Internet existe, j’ai un site et je reçois des mails de lecteurs et de lectrices. J’aime ce rapport direct et j’ai noué de vraies amitiés à partir de mails reçus. Cela m’ouvre des horizons très variés car les mails viennent de tous les pays, de tous les milieux, les lecteurs et lectrices ont tous les âges (de 14 à 84 ans !) et nos échanges sont très enrichissants.

TF : Et vous, lorsque vous n’êtes pas plongée dans l’écriture, quels livres aimez-vous lire ? Quel est le dernier roman que vous ayez adoré ?

K. P. : Je lis comme une dératée ! J’ai toujours un livre sur moi ou dans mon sac. En ce moment, je relis « Bel-Ami » de Maupassant et juste avant je m’étais régalée avec « La Couleur des sentiments » ou « Loving Frank »...

TF : Actuellement, vous êtes en train d’écrire le « nouveau livre », dont vous parlez sur votre blog. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

K. P. : Non ! Je n’en parle jamais avant. C’est si fragile ! Cela pourrait casser la tige…


>>> Gagnez le coffret Livre de Poche de la trilogie Katherine Pancol sur Terrafemina !

VOIR AUSSI

Marc Lévy nous raconte l'étrange voyage de Mr Daldry
Guillaume Musso parle de son nouveau roman : L'appel de l'ange (1/2)
« Blasphème » : témoignage d'Asia Bibi, condamnée à mort au Pakistan
Le 37e prix du Livre Inter décerné à Olivia Rosenthal

Dans l'actu