Rentrée littéraire : « Banquises », le dernier roman de Valentine Goby

Rentrée littéraire : « Banquises », le dernier roman de Valentine Goby
Rentrée littéraire : « Banquises », le dernier roman de Valentine Goby
Dans cette photo : Lisa
Après 27 années d’incertitude et d’attente, Lisa se met en quête d’une empreinte de sa sœur dans les plaines immaculées du Grand Nord. Dans son dernier roman « Banquises », l’auteure des « Corps en silence » et de « l’Echappée » ausculte les ravages de la disparition d’une enfant, d’une grande sœur, et le deuil qui ne vient jamais. Entretien avec Valentine Goby.
A lire aussi

Terrafemina : Comment est né « Banquises », votre dernier roman ?

Valentine Goby : Toute naissance est mystérieuse. Je ne sais pas comment naît un roman. Ce qui est porté depuis des mois, des années, et qui soudain trouve forme pour s'incarner. L'idée de l'absence comme principe structurant d'une vie, c'est une autre façon de poser le corps, en creux, comme identité et manifestation de soi. Je travaille sur le corps depuis des années, sur l'enfantement, le châtiment, l'identité, le désir, il ressurgit maintenant dans le vide qu'il laisse, comme ce « pas des baleines », forme plane au milieu des vagues qui signale le passage des mammifères marins déjà échappés.
J'ai voulu réfléchir à l'absence, à l'incertitude, à ses contraintes pour une famille où l'enfant a besoin d'une colonne vertébrale, ce que c'est qu'une colonne de vide. Je suis allée au Groenland sur la banquise, un monde qui s'efface aussi, ne laisse aucune trace, et au travers duquel notre humanité disparaît. Comme cette jeune fille, Lisa, nous nous construisons autour d'un manque, d'un trou, sans bien nous rendre compte des conséquences d'un tel engloutissement. A travers lui, nous mourons, nous aussi.

TF : Vous décrivez avec minutie et délectation les paysages du Groenland, d'où vient votre intérêt pour cette île ?

V. G. : C'est l'étranger. Ce que je pouvais m'imaginer de plus étrange, autre, pour moi, qui ai vécu en Asie plusieurs années, suis amoureuse des pays et de la langue arabes, et native d'une terre de soleil. Je cherchais l'altérité, elle était dans ce Nord où on ne peut se dissimuler à soi-même, et cette altérité, par contrecoup, s'est révélée être le chemin le plus direct vers une intimité, une vérité intérieure.


TF : De nombreux romans décrivent la douleur liée au deuil d'un enfant, comment avez-vous abordé ce thème ?

V. G. : Je n'ai pas beaucoup lu sur ce sujet. Un peu de Camille Laurens, Marie Darrieusecq, Philippe Forest, presque par inadvertance, parce que j'aime viscéralement ces auteurs. A vrai dire je m'y suis appliquée. A ne pas lire, ne pas voir, rien. Je voulais être vierge. J'ai rencontré des familles, volontairement, des deuils terribles, et impossibles, on disparaît on ne meurt pas, car il s'agit bien de cela : vivre avec l'incertitude. La compagne indésirable. Haïe. La compagne de tous les jours. Qui vous tue chaque jour. Et vous laisse chaque jour un espoir. Je n'écris pas sans le profond sentiment d'empathie. Cette empathie était en moi depuis l'idée du roman. Allez savoir. Ce qui a manqué, pour moi, je veux dire dans l'enfance. Tout roman, pour moi, naît dans l'enfance. J'ai rencontré des familles et j'ai senti une douleur familière. Je ne sais pas écrire sans ça. L'empathie.

TF : Dans « Banquises », vous écrivez, à propos de Lisa, votre héroïne, qu' « elle n'aime pas nager », mais « aime avoir nagé. Comme plus tard elle aimera avoir écrit. Pour la contemplation de ce qui a été accompli. La sensation de l'effort consumé. » Est-ce votre sentiment par rapport à l'écriture ?

V. G. : Ecrire est une jubilation, et une souffrance. C'est très dur d'écrire, d'arriver à une perfection qu'on sait toujours inaccessible. C'est une souffrance. Et une joie.


TF : Comment naît chez vous l'envie d'écrire, comment se construisent vos
histoires ?

V. G. : Mes histoires ne sont pas des histoires. Je ne crois pas à la fiction. Je ne les ai pas traversées mais je les ai traversées quand même. Déguisée, comme beaucoup d'écrivains. Je sais ce qui m'appartient dans les romans et les fait naître. Je dois aux personnages de porter mes bribes de vies, mes obsessions en anonymes. Les romans sauvent, sauvent leurs auteurs, mais dans les romans le lecteur ne sait pas où est l'auteur.

« Banquises », Valentine Goby, Albin Michel, sortie le 18 août 2011, 18 euros.

Crédit photo : David Ignaszewski



VOIR AUSSI

« Des corps en silence », de Valentine Goby
Eliette Abécassis explore la face cachée du mariage religieux

Plus d'actu sur : RENTREE LITTERAIRE 2011

Michèle Halberstadt, « La petite » ou le suicide à l'âge tendre
Rentrée littéraire : Delphine de Vigan, « Rien ne s'oppose à la nuit »
Amélie Nothomb dissèque le complexe d'Œdipe avec « Tuer le père »
Dans l'actu