Miss France 2013 : Geneviève de Fontenay défie la justice

Miss France 2013 : Geneviève de Fontenay défie la justice
Miss France 2013 : Geneviève de Fontenay défie la justice
Le tribunal arbitral interdit à Madame de Fontenay d’organiser et de faire de la publicité pour son nouveau concours « Miss Prestige National 2013 ».
A lire aussi
Miss France 2017 : non, ce n'est pas une émission féministe
News essentielles
Miss France 2017 : non, ce n'est pas une émission...

Après la cour d’appel de Paris jeudi dernier, c’est au tour du tribunal arbitral d’interdire à Geneviève de Fontenay d’organiser directement ou indirectement l’élection de Miss Prestige National 2013 le 10 décembre. L’objectif étant d’éviter qu’elle ne concurrence l’élection de « Miss France » prévue en décembre également, il lui est interdit d’organiser quoi que ce soit avant le mois de mars 2013. Cette sentence se réitère pour l’édition 2014 des élections et ceci jusqu’en 2017.


L’ex-Miss Elégance 1957, souvent appelée « la dame au chapeau » avait quitté la société Miss France en juin 2010 avec pertes et fracas, estimant que la société Endemol (organisatrice et propriétaire de la marque Miss France) allait à l’encontre de l’éthique du concours de beauté qu’animait son époux depuis l’après-guerre. Elle avait par la suite entrepris l’organisation de l’élection concurrente de Miss France 2011, Miss Prestige National, violant ainsi sa clause de non-concurrence.


La guerre des miss aura bien lieu ! Geneviève de Fontenay semble avoir encore plus d’un tour dans son chapeau. Elle a déclaré être bien décidée à ne pas s’en tenir à ces restrictions judiciaires. «Il faudra me passer sur le corps ! Quoiqu’il arrive j’organiserais mon élection de Miss National. Il y a eu une élection en 2010, une en 2011 et il y en aura une en 2012. Il faut vraiment qu’ Endemol arrête de me harceler. J’ai aujourd’hui 80 ans, il faut me laisser tranquille. Ce n’est qu’un concours de Miss, un concours de beauté, alors laissez-moi ! » a-t-elle annoncé sur RTL.