Katsuni et AlloResto : parler d'une actrice porno dans une pub, une atteinte à la dignité des femmes ?

Katsuni et AlloResto : parler d'une actrice porno dans une pub, une atteinte à la dignité des femmes ?
Katsuni et AlloResto : parler d'une actrice porno dans une pub, une atteinte à la dignité des femmes ?
La collaboration entre Katsuni, ancienne actrice de X, et le site de livraison de repas à domicile alloresto.fr n'a pas plu au Jury de la déontologie publicitaire (JDP). L'autorité vient de censurer une des publicités dans laquelle la hardeuse parodiait des films porno pour venter les qualités de service de la marque. Dans un entretien au Parisien, la jeune femme réagit à cette décision.
A lire aussi


L'actrice de films X Katsuni déguisée en soubrette pour les besoins d'une publicité pour alloresto.fr réduirait « la personne humaine, et en particulier la femme, à la fonction d'objet », selon un particulier qui a alerté le Jury de la déontologie publicitaire (JDP). La trentenaire ambassadrice de dorcelle.com revient sur sa collaboration avec le site de livraison de repas à domicile alloresto.fr dans une interview au Parisien.fr.

Katsuni assure qu'elle a appris la nouvelle via Twitter mais ne s'inquiète pas vraiment de cette alerte : « C'est une fiction dans une fiction ! Les adultes me connaissant comprennent le clin d'œil et les plus jeunes ne sont nullement exposés à des images ou dialogues pornographiques (…) Une fois de plus, le vice est dans l'interprétation. Sont pervers ceux qui montrent du doigt. Cela n'est pas sans me rappeler l'attaque contre l'affiche des "Infidèles" et à laquelle j'avais d'ailleurs réagi ». L'actrice ajoute qu'elle a l'habitude de la censure mais qu'elle soutient totalement AlloResto dans sa démarche. 

« Un caractère parodique et humoristique »

La publicité incriminée, diffusée depuis cet automne pour vanter les mérites d'alloresto.fr, fait partie d'une série dans laquelle, en accord avec ses collaborateurs, l'actrice parodie des scènes de films pornographiques : « La publicité litigieuse revêt manifestement un caractère parodique et humoristique, elle ne suggère pas l'accomplissement d'actes sexuels et elle ne porte aucune atteinte à la dignité de la femme, habillée de vêtements communs et non stéréotypée », assure cependant AlloResto dans Libération.

Le JDP a décidé de porter l'affaire devant l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP). Mais la société AlloResto n'a pas attendu les conclusions pour dépublier les vidéos incriminées et en republier une version dans laquelle certaines séquences ont été cryptées.


VOIR AUSSI

Hysterical Literature : elles lisent et jouissent devant la caméra pour la bonne cause
Fuck For Forest : du porno green pour sauver la planète
Porno philanthropique : un site de vidéos X à visée humanitaire
Le porno est mort, vive le porno féminin !

Dans l'actu