Thierry de l’Amour est dans le pré est-il le Nabilla de M6 ?

Thierry de l’Amour est dans le pré est-il le Nabilla de M6 ?
Thierry de l’Amour est dans le pré est-il le Nabilla de M6 ?
Hier soir, M6 diffusait son célèbre rendez-vous « que sont-ils devenus ? », au cours duquel les fans de l’émission peuvent prendre des nouvelles des anciens candidats. Mariages, ruptures, naissances, rencontres… chacun vient faire ses petites confidences à une Karine Le Marchand gourmande de confidences, dans un paysage bucolique ultra feel-good en ces temps de morosité économique autant que météorologique.
A lire aussi
Thierry de « L’amour est dans le Pré » juré pour « Top Chef »
television
Thierry de « L’amour est dans le Pré » juré pour « Top...

Bruno, Jeanne, Bertrand, Michel-Edouard, Hugo, Fabien… Ils se sont tous succédés devant la bonne copine souvent hilare pour débriefer leur vie sentimentale passée et actuelle. On notera bien de savoureux passages comme celui d’Hugo révélant crânement qu’il avait rencontré la « peut-être femme de sa vie », Constance, élève infirmière, mais qu’on pouvait bien évidemment « continuer à lui écrire », foutant en l’air et en quelques minutes une de ses rares chances de quitter le domicile parental. Pourtant, le spectacle, hier ,était ailleurs.

Jacques Villeret dans « La Soupe aux choux »

Thierry et Annie… Souvenez-vous. C’était l’année dernière, et la France entière découvrait ce veuf gloussant et rondouillard qui avait su attendrir le pays au point que, pour son mariage avec la douce Annie rencontrée au cours de l’émission, ils avaient été plus de 4000 curieux (selon la police ; 8000 selon les organisateurs) à venir se masser devant l’église qui célébra les épousailles du couple devenu star en quelques semaines en la commune de Gavray. Une vedette était née, à mi-chemin entre Jacques Villeret dans « La Soupe aux choux » et Loana du Loft, pas encore muée à l’époque en Nabilla de Hollywood Girls.

Car Thierry, c’est un concept. Thierry Olive offre en effet à la télévision tout ce qu’elle recherche à longueur d’année chez ses nombreux aspirants à la célébrité : un capital sympathie certain, une capacité à donner de sa personne hors norme et un gros potentiel trans-générationnel et social, a priori le plus difficile à trouver. Durant son premier passage dans l’émission, Thierry avait su charmer les téléspectateurs par ce côté « nature » (et, disons-le carrément, simplet) qu’affectionnent, paraît-il, les Français, notamment en temps de crise. C’est fréquemment en se tapant grassement sur les cuisses qu’il évoquait, devant une Annie (sa promise) rougissante, ses rapports sexuels visiblement fort enthousiastes avec sa belle, la galochait bruyamment et avec un entrain peu commun devant les caméras tout en rappelant, dans des séquences émotion, son douloureux passé de papa veuf qui, seul, avait dû élever sa fille avant de trouver enfin l’amour.

Un conte de fée dont la princesse devait tout à M6, laquelle n’allait pas laisser partir de sitôt son bijou. Recyclé à l’envi, Thierry Olive s’est depuis fait mitonner des petits plats par les TopChef 2013, rappelant au passage qu’avant de « goûter la moule, il fallait toujours avoir la frite », mais a également enchaîné les séances de dédicaces et aurait même failli participer à Pekin Express.

Thierry, quand y’en a plus, y’en a encore

Eh oui, Thierry, quand y’en a plus, y’en a encore… Résultat ? Le « que sont-ils devenus » d’hier soir était en partie axé sur Thierry et Annie, positionnant leur mariage et ses préparatifs en fil rouge de l’émission, lequel est revenu ponctuellement entre chaque reportage afin de garder ce téléspectateur qui ne saurait rater le moindre passage de son idole, par attachement certes mais également par peur de louper une sortie culte de celui qui ne réfléchit pas forcément avant de parler.

Alors, machine à buzz, Thierry ? Il y a un peu de cela. M6 le sait, qui tend un micro à celui dont on prévoit que, dans ses propos, il y aura bien une phrase hilarante naïvement prononcée par ce « Français moyen qui exprime avec ses propres mots ce que tout le monde pense ». Chaque passage télé de Thierry  génère à coup sûr son lot de tweets, d’articles et de couvs de magazines, offrant au programme qu’il porte une visibilité facilement acquise. On appelle cela, fort à propos d’ailleurs, une vache à lait.

Une seule autre téléstar peut actuellement mettre en branle  un tel cercle vertueux généré par la nouvelle chaîne alimentaire du buzz (Twitter -> Facebook -> billets Web -> presse papier) grâce à sa « personnalité » candide habilement exploitée par les producteurs qui l’ont fait connaître : Nabilla.

Mais si Thierry semble bien être le Nabilla de M6, la question de leur consentement à tous deux reste entier… Car comme dirait Thierry, « OH MAY J'EUDORE L'EUMOURE MOÂ »

Qu’en pensez-vous ?